×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Marchés Financiers

Repères politiques

Par L'Economiste | Edition N°:471 Le 25/03/1999 | Partager

·Sahara: Les réserves du Maroc à l'ONU
Le gouvernement marocain a exprimé dans une lettre datée du lundi dernier son accord de principe aux propositions de l'ONU pour l'accélération de l'organisation du référendum au Sahara. Mais il a également émis des réserves. Celles-ci portent sur la modification des conditions de l'identification et le recours des électeurs. Le secrétaire général des Nations-Unies Kofi Annan a confirmé qu'il allait remettre des propositions révisées au Maroc et au Polisario. M. Annan va proposer au Conseil de Sécurité de l'ONU de reporter d'un mois le mandat de la mission des Nations Unies (Minurso) jusqu'au 31 avril.

· Finie l'immunité diplomatique pour Pinochet
Par six voix contre une, les juges-Lords britanniques ont refusé hier la demande d'immunité diplomatique sollicitée par l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet.
Ce dernier sera poursuivi pour les crimes commis entre 1988 et 1990, a déclaré la majorité des Lords.
La décision de la Justice britannique accueillie avec satisfaction par les opposants chiliens va déclencher la poursuite de la procédure d'extradition demandée par l'Espagne.
L'accusation espagnole retient 44 cas de tortures et de prises d'otage contre Pinochet durant les deux dernières années de sa dictature.
·Palestine: Arafat tente de convaincre les Américains
Le Président de l'Autorité palestinienne, M. Yasser Arafat, n'est pas arrivé à persuader la Maison Blanche pour la proclamation d'un Etat palestinien le 4 mai prochain. Cette date fixée par les accords d'Oslo conclus en 1992 peut être reportée, soulignent les responsables américains. Ces derniers sont d'accord pour que Palestiniens et Israéliens rouvrent des négociations en attendant le règlement final du statut des territoires occupés.

·Irak: Un rapport accablant de l'ONU sur les droits de l'Homme
Les droits de l'Homme en Irak sont bafoués par le régime de Saddam Hussein. Telle est la conclusion du dernier rapport des Nations Unies, le septième du genre après la fin de la Guerre du Golf. Cette situation menace la paix et la sécurité dans la région, note le document rendu public hier. Son auteur, M. Max Van der Stoel, accuse le régime irakien «d'avoir mis sous le boisseau les droits civils à la vie, à la liberté de pensée, d'expression, d'association ou de réunion». Le rapport recommande par ailleurs la mise en place des mécanismes de surveillance de la situation.


·Kosovo: Le feu de l'OTAN sur la Serbie


Après dix mois de négociations diplomatiques et de menaces, les forces de l'OTAN haussent le ton et donnent l'ordre pour le déclenchement des frappes sur des cibles militaires en Serbie. Une dizaine de cibles seront visées, mais cela dépend des conditions météorologiques et la programmation électronique des missiles de croisière, les premières armes qui seront utilisées dans les attaques de l'OTAN. Ces armes de conception américaine ont été déjà employées en septembre 1995 dans les Balkans contre les Serbes dans le conflit de la Bosnie-Herzégovine.

A l'annonce des frappes éventuelles par l'OTAN, les réactions ne se sont pas fait attendre. M. Sergueï Prikhodko, chargé de la Politique Extérieure, a réaffirmé que le règlement politique est la seule solution à cette crise. Moscou n'exclut pas la possibilité d'armer les Serbes, si l'OTAN entre en guerre contre leur allié. Pis, la Russie menace de revoir sa coopération avec l'Iran et peut placer ses armes nucléaires en Bélarus. De son côté, Washington suspend ses activités à Belgrade et Clinton mène sa campagne militaire. Le gouvernement américain a donné l'ordre à ses représentants diplomatiques de quitter la Serbie. Il ne reste plus qu'une vingtaine de personnes. Le Président américain Bill Clinton lance une campagne de relations publiques pour convaincre les Américains de la nécessité du recours à la force dans la résolution de la crise du Kosovo. Sur un ton pédagogique, le discours de M. Clinton a expliqué à l'opinion publique que le silence des forces alliées pourrait être interprété par le gouvernement serbe comme un permis pour continuer les massacres.
En Albanie, le gouvernement ne cache pas ses craintes sur l'éventuelle attaque des Serbes sur des cibles civiles albanaises. M. Javier Solana, secrétaire général de l'OTAN, a tenu à rassurer la partie albanaise. Il a souligné qu'il serait inacceptable que la République Fédérale de Yougoslavie porte atteinte à l'intégrité territoriale de l'Albanie.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc