×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Rentrée scolaire 2003-2004
Amazighe: Des fiches en attendant les manuels

Par L'Economiste | Edition N°:1602 Le 16/09/2003 | Partager

. Ils sont, actuellement, à l'impression et seraient disponibles fin décembre. Les écoliers y auront peut-être droit gratuitementDes cours d'amazighe en première année du primaire. C'est l'une des grandes nouveautés de cette rentrée. Pour le moment, seules 317 écoles primaires sont concernées. Mais la généralisation aux autres niveaux et établissements scolaires, prévue pour 2008-2009, devra se faire progressivement (cf. www.leconomiste.com). Le MENJ (ministère de l'Education nationale et de la Jeunesse), en accord avec l'IRCAM (Institut royal de la culture amazighe), prévoit en effet d'étendre l'enseignement de la langue amazighe, chaque année, à 20% d'écoles primaires supplémentaires. Dans les collèges et lycées, où l'amazighe fera son entrée dès 2005-2006, le rythme sera plus soutenu: 25% chaque année. A cette échéance, la machine sera sans doute rôdée, ce qui explique cette augmentation de cadence pour ces deux cycles. Et tout cas, d'ici là, des avancées devront être réalisées dans la formation des enseignants et surtout dans la production de matériel éducatif, d'aides didactiques et des lexiques. Pour cette rentrée, enseignants et écoliers se passeront de manuels scolaires et devront se contenter de fiches didactiques. L'enseignement sera basé essentiellement sur des fiches d'activités orales et un lexique d'amazighe fonctionnel, indique un communiqué du MENJ. Une précision cependant: Selon Belaïd Boudriss, directeur du Centre de recherches pédagogiques et des programmes didactiques (CRPPD) relevant de l'IRCAM, ces outils ne serviront que les quatre derniers mois de l'année. Le temps que les manuels scolaires, actuellement en phase d'impression, arrivent sur le marché. Une bonne nouvelle: les parents qui appréhenderaient de nouvelles charges peuvent se rassurer. Il n'est pas exclu que les manuels soient distribués gratuitement, confie le directeur du CRPPD. Rappelons que trois commissions ont été constituées par le MENJ et l'IRCAM pour l'élaboration des manuels scolaires. Ceux-ci doivent couvrir les trois variantes de la langue amazighe (tamazight, tachlhit et tarifit) avec les guides pédagogiques correspondants. Une autre commission, formée de linguistes, inspecteurs et professeurs agrégés, s'est attelée à l'élaboration de curriculas et programmes pour les autres niveaux du primaire. Ainsi, le curriculum pour les quatre premières années de l'enseignement primaire est prêt. Cette commission planche actuellement sur les curriculas des autres niveaux et cycles d'enseignement. Côté formation, vu que les enseignants amazighophones du primaire n'ont bénéficié d'aucune action auparavant, deux sessions ont été prévues par le ministère. D'une semaine chacune, elles visent à pallier les lacunes en matière pédagogique ou didactique. Ces sessions seront renforcées par des activités d'encadrement assurées par des inspecteurs amazighophones de l'enseignement primaire. Pour rappel, le ministère prépare actuellement un programme de formation initiale des enseignants du primaire. Pour cette rentrée 2003-2004, une première session de formation s'est tenue du 7 au 18 juillet dans 9 centres régionaux (Rabat, Meknès, Fès, Taza, Oujda, Béni-Mellal, Marrakech, Agadir et Goulmim). Une seconde session de deux semaines est programmée pour les mêmes enseignants et avec les mêmes encadrants en octobre prochain.


Corps enseignant et cadres mobilisés

Pour l'enseignement de la langue amazighe, l'encadrement pédagogique et administratif, ce sont 75 inspecteurs de l'enseignement primaire qui seront mobilisés aux côtés des 317 directeurs (dont 14 femmes). Parmi ces derniers, 102 sont non amazighophones, 98 parlent le tamazight, 71 le tachlhit et 46 le tarifit. Côté enseignants, l'effectif s'élève à 1.090 dont 258 femmes. Un peu plus de la moitié (561) parlent le tamazight, 336 le tachlhit et 176 le tarifit. Les 17 autres professeurs maîtrisent deux variantes à la fois. Pour 13 d'entre eux, c'est le tamazight et le tachlhit. Et pour les quatre autres, c'est le tamazight et le tarifit.Khadija EL HASSANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc