×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Renault: L’usine Dacia paralysée

Par L'Economiste | Edition N°:2741 Le 25/03/2008 | Partager

. Grève générale pour réclamer une augmentation et des primesLES salariés de l’usine Dacia (groupe Renault) de Pitesti, située au nord-ouest de Bucarest, ont entamé lundi 24 mars une grève générale d’une durée indéterminée pour réclamer une augmentation des salaires et des primes. «Nous sommes à l’usine où la grève générale a été déclenchée ce matin et à laquelle participent plus de 80% des salariés», a déclaré le leader syndicaliste Nicolae Pavelescu, cité par l’agence Newsin.Les syndicalistes réclament notamment une revalorisation salariale représentant une somme fixe de 550 lei (environ 148 euros), accordée en deux tranches, et une majoration des primes accordées à Pâques et à Noël.Selon Ion Iordache, autre leader syndical, le salaire brut moyen chez Dacia est de 1.064 lei (soit environ 285 euros), mais «pour 2.500 employés sans ancienneté, il ne dépasse par les 780 lei brut».Le montant des majorations exigées par les grévistes a été jugé «inacceptable» par un responsable de l’usine, Liviu Ion. Selon lui, le patronat proposait une hausse de 144 lei, en sus de différentes primes, ce qui se traduisait par une augmentation de 12% du salaire brut moyen et de 18% du salaire minimum.Alors que les employés estiment que leurs revendications sont justifiées, compte tenu des bénéfices dégagés par l’usine ces dernières années, Ion a assuré que ceux-ci, soit 302 millions d’euros entre 2005 et 2007, n’ont toujours pas compensé les pertes enregistrées entre 2000 et 2004, soit 363 millions d’euros.Ion a par ailleurs souligné que Renault avait investi 800 millions d’euros depuis la reprise de l’usine en 1999 et continuerait à y investir environ 200 millions d’euros par an. Selon lui, le patronat reste «ouvert à des négociations» avec le syndicat, mais aucune date pour la reprise des pourparlers n’a été fixée.Près de 4.000 employés de Dacia avaient fait une grève d’avertissement de deux heures le 14 mars dernier, après l’échec des négociations avec le patronat. Premier constructeur automobile roumain, racheté en 1999 par le groupe français Renault, Dacia a établi un nouveau record de ventes en 2007, avec plus de 230.000 unités commercialisées en Roumanie et à l’étranger, soit une hausse de 17,4% par rapport à l’exercice 2006.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc