×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Régions: Que faire pour devenir compétitif?

Par L'Economiste | Edition N°:1478 Le 18/03/2003 | Partager

. Une étude de l'Aménagement du territoire a tenté de répondre. Des informations précieuses au service de l'Etat et du secteur privéAu moment où le gouvernement marocain veut faire du secteur privé, partant de l'investissement le moteur du développement économique et social du pays, on constate que le Maroc souffre d'un manque flagrant d'informations stratégiques territoriales. Il s'agit de renseignements précis concernant les potentialités et les faiblesses de chaque province ou préfecture.C'est à cet impératif que la direction de l'Aménagement du territoire(1) (DAT) a essayé de répondre à travers la réalisation d'une vaste étude sur «la compétitivité des territoires«.C'est une notion nouvellement apparue, en vogue même dans les pays les plus avancés. Il s'agit, en fait, de regrouper un maximum d'informations territoriales stratégiques qui permettent, notamment, d'orienter l'action des pouvoirs publics en matière de politique économique et d'investissement. «Pour qu'une province ou une région soit économiquement compétitive, il faut que les différents acteurs soient capables de produire et de retenir un maximum de valeur ajoutée sur leur territoire pour le bien-être des populations«, explique Youssef Jaâfar, chef de la division des Aménagements et de la Planification à la DAT. L'étude sur la compétitivité des territoires permet de dégager les forces et les faiblesses de chaque région. C'est ce que les techniciens appellent «les avantages comparatifs«. Grâce à cette étude, il est maintenant facile de déterminer, par exemple, l'activité économique la mieux adaptée à telle ou telle région. Le développement durable est au centre des préoccupations de cette étude. A titre d'exemple, il est inconcevable qu'une ville qui aspire à développer l'activité touristique n'ait pas une politique de formation hôtelière adaptée à ses besoins ou une activité artisanale conséquente.«En outre, l'étude a démontré que la moitié de la population active dans le secteur agricole a une activité quasi stérile«, souligne Jaâfar. Cette masse populaire sera appelée, tôt ou tard, à quitter la campagne vers les villes. «Il est donc nécessaire de leur préparer des structures d'accueil pour les sédentariser dans des petites villes où ils seront plus productifs«, conclut Jaâfar.Toujours dans le domaine agricole, l'étude estime que la production du triangle Larache-Sidi Kacem-Kénitra peut être considérablement améliorée. Encore faut-il que des réformes soient adoptées.Justement, l'étude préconise que les réformes soient entreprises selon trois angles d'attaque. Premièrement, elles doivent être synchronisées, c'est-à-dire qu'une restructuration ne peut s'effectuer sans mesure d'accompagnement. Deuxièmement, le gouvernement doit déterminer d'avance la séquence des réformes, à savoir l'ordre chronologique de leur adoption. Enfin, la vitesse des réformes est très importante. «Si les deux premiers points sont du ressort de la sphère technique, le dernier aspect relève plutôt de décisions politiques«, précise Jaâfar. Et pour cause, certaines réformes sont impopulaires et le gouvernement a le choix entre une «thérapie de choc« et une «optique graduelle du changement«.A noter que l'étude sur la compétitivité des territoires préconise l'élaboration d'une «boîte à outils« pour la gestion et la promotion de certains espaces. Cette «boîte à outils« est un instrument d'organisation et de capitalisation des savoir-faire. «Il s'agit en fait de fiches retraçant des actions spécifiques, une série de bonnes pratiques adaptées aux enjeux d'aménagement«, explique Souad Barakate, chef de service des branches productives à la DAT.L'étude est un outil indispensable non seulement pour les différents départements ministériels mais également pour l'ensemble des opérateurs privés.Les services déconcentrés de l'administration de l'Aménagement du territoire avec les centres régionaux d'investissement (CRI) constituent par ailleurs un véritable tandem sur lequel tous les walis des régions devront compter pour booster l'investissement.


Bientôt sur le Net

L'étude sur la compétitivité des territoires vient d'être finalisée. Quelques résultats seront bientôt disponibles sur le site Internet du ministère de l'Aménagement du territoire. Le travail a été mené auprès des opérateurs industriels et l'ensemble des acteurs territoriaux (walis, gouverneurs, services déconcentrés…). Ces derniers ont été interrogés essentiellement au sujet des facteurs de blocage et des problèmes rencontrés par les entreprises.Abdelmohsin EL HASSOUNI(1) Cette direction dépend du ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Environnement et de l'Eau.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc