×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Eco-Consom

Regard sur l'actualité

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager


· Votre voiture et vous

Le futur modèle de la voiture économique était sur 2M le mercredi 13 décembre dans l'émission "Ça vous intéresse". C'est la première fois que le dessin de la 178 était montré au grand public (ne pas manquer la rediffusion le 18 décembre 1995). L'émission a aussi fait un comparatif des crédits possibles pour l'achat d'une voiture et dressé une série de mises en garde contre les filières "interlopes" existant parallèlement aux filières normales, dans les régimes d'importation ou dans les pièces détachées. A noter aussi les explications détaillées sur le calcul des droits de douane, des garanties d'assurances...

· Le CNP chez Kabbaj

Le Conseil National du Patronat a été reçu lundi 11 décembre 1995 par le ministre des Finances et des Investissements extérieurs, M. Mohamed Kabbaj. A l'ordre du jour: le projet de Budget et, d'une manière générale, l'encours des réformes économiques. Deux heures d'entretiens, où le patronat a obtenu, pour l'avenir, une dizaine d'années de "stabilité fiscale", un comité de concertation pour les prochains budgets, et une cellule pour aider la mise à niveau des entreprises dans la perspective de la zone de libre-échange. Le CNP n'a pas publié de communiqué, mais les patrons sont sortis "globalement satisfaits", avec le désir que le prochain Budget soit plus audacieux quant à la réduction du train de vie de l'Etat et que la politique économique soit plus déterminée, sur la privatisation, les concessions de service public, y compris pour les collectivités locales et services municipaux. Le CNP souhaite aussi une Charte de l'énergie.
Par ailleurs, dans sa prochaine édition, L'Economiste publiera un entretien avec le patron des patrons, M. Lahjouji, sur la stratégie de la CGEM.

· Consulats et administrations sans police

Après les restrictions budgétaires américaines, qui l'avaient obligé à suspendre la délivrance des visas, le consulat des Etats-Unis à Casablanca subit les restrictions marocaines. Il a perdu depuis quelques jours sa protection policière et n'a plus que son important grillage, ses caméras
A quelques mètres, le consulat belge a conservé un agent. Par ailleurs, des administrations marocaines (hôpitaux, perceptions, trésoreries) et des maisons de fonction de hauts responsables ont perdu l'agent de police ou des forces auxiliaires qui assuraient la dissuasion contre tout risque de désordre devant ces endroits délicats.
Les demandeurs de visas ici, les pensionnés, les contribuables là, devront d'eux-mêmes faire la queue. Les fonctionnaires auront en charge leur propre sécurité.
Raison invoquée: faute d'effectif supplémentaire, tous les agents doivent quitter les guérites et se consacrer à la sécurité dans la rue et à la circulation.

· Contrebande sur TVE

Entre la soirée "érotisme" sur ARTE et quelques tubes sur MCM, le Maroc occupait la soirée du mardi sur TVE. Les milliers de foyers marocains équipés de paraboles auront pu au hasard du zapping, découvrir les souks de Nador et de Tétouan. Une grande émission expliquait comment les vieux vêtements et les vieilles chaussures donnés par les Espagnols à des organisations caritatives, pour les pays pauvres, finissaient au Maroc, en "balles".
Des pantalons à 10DH, des chaussettes à 1DH, les commerçants marocains donnaient les prix, en espagnol, très fiers devant des caméras. "Nous habillons les pauvres", disent-ils. Les "balles" entrent via Sebta, traversent la "frontière" dans des Mercedes bondées et sur des motos, sous l'il indifférent des douaniers. Comme les routes du Nord sont mauvaises, le chef d'orchestre a acheté un avion pour introduire sa friperie en contrebande. Il pose, donnant ses nom et qualité. Cette grande émission intervient alors que la douane mène campagne contre la contrebande, appelant au civisme du consommateur. Sur TVE, la contrebande n'a pas semblé être activité illicite, mais un commerce ordinaire et social. Le Maroc y est présenté comme un pays pauvre, à la recherche de haillons détournés.

· Avocats et journalistes

Les avocats, engagés dans une cause, comprennent mal les journalistes, tenus comme les juges, d'écouter et rapporter les deux avis dans un conflit.
La rédaction de Maroc Hebdo dénonce dans un communiqué une agression de Me Mohamed Berrada contre notre confrère Abdellah Chanou. Très loyal, il était allé recueillir un droit de réponse contre lui-même. Il a reçu "accusations diffamatoires, insultes, menaces". Le bâtonnier et le syndicat de la presse sont saisis. L'incident a eu lieu suite à un article "Royal Golf d'Anfa, un président autoproclamé".

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc