×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Réfugiés afgans: Situation alarmante à l'approche de l'hiver

Par L'Economiste | Edition N°:615 Le 13/10/1999 | Partager



· Les Talibans n'arrivent toujours pas à contrôler la totalité du territoire face au commandant Massoud

L'ONU s'inquiète de l'aggravation de la situation des dizaines de milliers de personnes chassées par les combats au Nord de Kaboul. Ils se sont réfugiés dans la vallée du Panchir tenue par les forces anti-Taliban, à l'approche du rigoureux hiver afghan.
De nombreux réfugiés vivent dans des conditions très précaires, sans abris et sans sanitaires, a relaté une mission des Nations Unies dans un rapport à son retour de la vallée, un bastion du commandant Ahmed Shah Massoud, située à une centaine de kilomètres au Nord de Kaboul.
Selon cette mission, environ 65.000 personnes ont trouvé refuge dans la vallée située à la lisière sud de la chaîne montagneuse de l'Indou Kouch, après avoir fui les combats de ces derniers mois entre la milice islamiste des Talibans au pouvoir à Kaboul et les troupes du commandant Massoud. Les Talibans n'arrivent toujours pas à contrôler la totalité des territoires face aux troupes du commandant Massoud, le dernier chef militaire à se battre encore contre les "étudiants en théologie". La milice a été accusée par l'ONU d'avoir mené une stratégie de la "terre brûlée" au cours de son offensive lancée le 28 juillet dernier. Son objectif est de chasser le maximum de réfugiés.
"Les membres de la mission ont entendu les réfugiés, spécialement ceux venant de la ligne de front, faisant état de nombreuses violations des droits de l'Homme lors de l'offensive", a indiqué l'ONU.
Ces accusations portent sur des exécutions massives, des villages et des récoltes entièrement brûlés au déplacement forcé vers d'autres régions où bien même vers Kaboul de dizaines de milliers de Tadjiks qui habitaient cette plaine. L'ONU estime en outre que plusieurs dizaines de milliers de personnes ont aussi fui les combats dans les provinces de l'extrême Nord-Est du pays où l'offensive des Talibans s'est déplacée ces dernières semaines: 13.000 dans les Provinces de Kunduz et Takhar, 16.000 dans la Province de Badakshan.

Hicham RAIQ (AFP)
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc