×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Record de fusions dans le secteur minier

Par L'Economiste | Edition N°:2738 Le 19/03/2008 | Partager

. 159,9 milliards de dollars en 2007. Cette tendance à la concentration va se poursuivre Les opérations de fusion-acquisition dans le secteur minier ont battu des records d’activité en 2007, augmentant de 69% en nombre par rapport à 2006 pour atteindre 159,9 milliards de dollars, selon une étude de PricewaterhouseCoopers publiée mardi 18 mars. «Ce dynamisme est sans précédent dans tous les secteurs de l’industrie minière», souligne l’étude annuelle «Mining Deals», selon laquelle la devise du secteur en pleine phase de consolidation se résume actuellement à «Manger ou être mangé». En 2007, 1.732 opérations ont été réalisées, soit une augmentation de 69% en nombre et de 18% en valeur sur un an. 90% d’entre elles n’excèdent pas les 250 millions de dollars tandis que 25 transactions ont dépassé le milliard de dollars, contre seulement 8 en 2005.Par ailleurs, la Russie et la Chine, actives en Amérique du Nord et en Australie, concentrent désormais «le cinquième de l’activité globale» de ces opérations.La tendance devrait se maintenir pour 2008 où de nouveaux records devraient être atteints, malgré la crise des crédits qui «semble avoir peu d’effets sur le marché des transactions», selon PricewaterhouseCoopers. Le numéro un minier mondial BHP Billiton a déjà fait une offre sur son compatriote anglo-australien et rival Rio Tinto que ce dernier a rejetée, mais qui, si elle aboutissait, serait l’une des plus importantes opérations de fusion-acquisition mondiales. Le groupe minier suisse Xstrata a indiqué par ailleurs être en discussions avec son concurrent brésilien Vale sur une éventuelle offre. Le mouvement de consolidation du secteur est stimulé par la nécessité pour les groupes de diversifier leurs approvisionnements, en raison notamment des cours élevés des matières premières et d’une demande soutenue en Asie, explique encore le cabinet d’études.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc