×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Rapport Baker
PO: Comment sauvegarder les intérêts américains

Par L'Economiste | Edition N°:2418 Le 08/12/2006 | Partager

. La pression du Congrès sera-t-elle décisive ? Va-t-on vers une reconfiguration de la politique américaine en Irak? Le rapport du Groupe d’études mené par l’ancien représentant de l’ONU pour le dossier du Sahara, James Baker, va dans ce sens. Il a été d’ailleurs remis, le 6 décembre, au président George W. Bush. Le rapport préconise plusieurs recommandations pour s’en sortir du bourbier irakien. Il a aussi une autre visée: «remettre sur le droit chemin» la stabilité du Proche-Orient. Evidemment, la commission Baker ne perd pas de vue les intérêts américains. Dès son préambule, elle annonce la couleur : «Il n’y a pas de formule magique pour résoudre les problèmes de l’Irak. Cependant, on peut prendre des mesures pour améliorer la situation et protéger les intérêts des Américains». Critique, le Groupe d’étude fait ainsi appel à l’objectivité de l’élite politique US. «Elle doit concevoir une approche indépendante, en associant républicains et démocrates, pour trouver une solution responsable à une guerre longue et coûteuse», souligne-t-il. Le rapport enfonce le clou en précisant que «ce glissement vers le chaos pourrait entraîner l’effondrement du gouvernement irakien et provoquer une catastrophe humanitaire». Un scénario qui pourrait fragiliser la position des Etats-Unis, rappelle la commission Baker. «Si le gouvernement irakien ne fait pas des progrès vers des objectifs de réconciliation nationale, les Etats-unis devront réduire leur soutien politique et militaire», conclut le rapport sur un ton alarmiste. Il recommande ainsi que «d’ici au premier trimestre 2008, la mission principale des forces armées américaines en Irak devrait évoluer vers un soutien apporté à l’armée irakienne. Celle-ci pourrait prendre en charge les opérations de combat», ajoute le rapport. Prudente, la commission Baker préconise aussi une diplomatie active à l’égard de l’Iran et de la Syrie, les chiites «radicaux» irakiens et sur le conflit israélo-palestinien. L’enjeu est la relance d’un nouvel équilibre géopolitique. Aux Etats-Unis, le Congrès américain, dominé par les démocrates, entend s’appuyer sur le rapport Baker pour exiger un réel changement dans la politique menée en Irak. La bataille, pour les futures élections présidentielles, prend ainsi une nouvelle tournure.


Réactions

* Irak: Informé du contenu du rapport, le Premier ministre irakien Nouri Al-Maliki ne fait aucune allusion à la recommandation préconisant une réduction du soutien américain.* Israël : «Le rapport ne reflète pas la position des Etats-Unis mais seulement une opinion. C’est avant tout une affaire intérieure américaine», a commenté, le 7 décembre, le Premier ministre israélien Ehud Olmert. Il a ainsi souligné son désaccord avec le rapport sur l’Irak et le Moyen-Orient qui a fait référence au «droit au retour» des Palestiniens. * Syrie: «Le rapport Baker est objectif notamment en ce qui concerne le rôle que les pays voisins de l’Irak pourraient jouer pour y assurer la sécurité», a affirmé le 7 décembre, le ministère syrien des Affaires étrangères. * Grande-Bretagne: Avant son départ, le 6 décembre à Washington, le Premier ministre britannique Tony Blair a admis que «la guerre en Irak n’est pas en train d’être gagnée». Il rejoint l’avis du nouveau secrétaire à la défense, Bob Gates.Faiçal FAQUIIHI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc