×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    RAM: La fronde monte chez les navigants techniques

    Par L'Economiste | Edition N°:272 Le 20/03/1997 | Partager

    Le personnel navigant technique (PNT) de la compagnie conteste le statut "pro-visoire" auquel il est soumis depuis le 1er février. Commandants de bord et pilotes mettent en cause la procédure d'élaboration du texte. Bras de fer en perspective.


    "Ce texte est un vivier de discorde et de tension. Nous ne sommes d'accord sur aucun point du statut". Pour le président de l'AMPNT (Association Marocaine du Personnel Navigant Technique), c'est une véritable provocation. Le bras de fer opposant pilotes, commandants de bord et mécaniciens de bord à la Direction de la RAM ne fait que commencer, même si celle-ci s'en défend: "Ce texte a le mérite d'exister, car il sert de plate-forme de discussion", affirme, optimiste, M. Mohamed Benchekroun, DRH de la compagnie. Il est normal que la RAM vive intensément la restructuration que traverse le transport aérien à l'échelle mondiale, observe-t-il.
    Si pour l'instant le PNT joue l'apaisement, "il n'est pas question d'entériner un texte élaboré de manière dictatoriale", soutient l'Association. Au terme de l'assemblée générale tenue le mois dernier, les pilotes ont dénoncé la procédure unilatérale utilisée pour rédiger ce statut. "Nous regrettons que les propositions formulées à maintes reprises au sujet du statut n'aient pas été prises en compte par ses rédacteurs".

    En fait, les deux parties ne sont pas d'accord sur le sens à donner au terme associer. Pour la Direction, il s'agit de recevoir des propositions des pilotes pour ajuster, le cas échéant, le projet de statut, alors que ces derniers veulent participer activement à chaque étape de son élaboration.
    Le PNT considère que le texte va même à l'encontre de plusieurs dispositions du droit du travail et de l'aéronautique civile.
    De manière formelle, et ce depuis la création de la compagnie, le PNT ne disposait pas de statut. Une première mouture avait été présentée aux concernés en mai 1995. Jusqu'en septembre 1996, la Direction n'avait reçu aucune réponse de la part des pilotes. "Cette absence d'interlocuteur" ne doit pas justifier le renvoi aux calendes grecques du projet.

    Vices de forme


    "Devant ces tergiversations", dixit M. Mohamed El Yaalaoui, directeur Pôle Clients Vol, et compte tenu de l'engagement pris par la compagnie auprès du PNT (qui ne le reconnaît pas), "il paraît difficile de rester plus longtemps sans statut", écrit-il aux représentants des pilotes. Manière de dire que l'on peut faire sans eux.
    Pour les navigants techniques, en revanche, c'est le manque de collaboration de services de la RAM qui verrouillent l'accès à des données essentielles qui est mis en cause.
    L'AMPNT avait sollicité un délai supplémentaire afin de permettre à son nouveau Bureau de s'enquérir du dossier. Mais en vain. Curieusement, les autres catégories du personnel ont obtenu une rallonge sans contrainte de délai, s'étonne-t-on à l'Association.

    Pour démontrer que le droit ne leur échappe pas, les PNT brandissent deux arguments mettant à jour les vices de forme entachant le statut. Au terme de l'alinéa 2 de l'article 1er du dahir du 19 juillet 1962 relatif au statut du personnel des entreprises publiques, "le statut n'est applicable qu'après avoir été approuvé par décret". Ce qui n'est pas le cas.
    Malgré tout, la Direction a maintenu son cap. En dépit de l'opposition des pilotes, le statut est bel et bien entré en vigueur le 1er février dernier selon l'échéancier fixé par la compagnie. La Direction a eu l'habileté de souligner le caractère provisoire du statut avec promesse de le réaménager en fonction des observations que lui adressera le PNT. Ce dernier considère que "l'application, même à titre provisoire, d'un statut qui n'a pas été débattu avec ses représentants est une atteinte grave aux droits du personnel. Le PNT ne saurait souscrire à une politique du provisoire qui dure depuis 40 ans".
    "Nous n'inventons pas la Lune, s'exclame M. Benchekroun. Il ne s'agit que de l'application de la loi". A l'en croire, ce texte n'apporte aucune modification substantielle à la gestion de la carrière du PNT. Ce que conteste ce dernier pour qui ce texte est en deçà des dispositions réglementaires.

    Abashi SHAMAMBA

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc