×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Raid américain: Des milliers manifestent à Damas

Par L'Economiste | Edition N°:2893 Le 31/10/2008 | Partager

. L’ambassade américaine fermée pour un jourDES milliers de personnes ont manifesté hier à Damas contre le récent raid américain meurtrier sur un village syrien alors que l’ambassade des Etats-Unis était restée fermée pour la journée de crainte de violences. Les manifestants, brandissant des photos du président Bachar al-Assad et des drapeaux syriens, se sont réunis sur une grande place du centre située à environ une demi-heure de la mission, mais ils se sont dispersés sans incident et sans avoir marché sur l’ambassade. Les mesures de sécurité avaient été renforcées dans le quartier d’Abou Roumaneh, près des ambassades des Etats-Unis, de l’Irak, de l’Arabie saoudite et de l’école américaine. Des forces de l’ordre étaient notamment déployées à proximité de l’ambassade américaine ainsi que deux camions de pompiers. L’ambassade des Etats-Unis avait annoncé avant la manifestation qu’elle serait fermée jeudi 30 octobre, de même que l’école américaine de Damas, dont le gouvernement syrien a demandé mardi dernier la fermeture avec celle du centre culturel américain. La mission a expliqué ces mesures par le risque de violences à l’occasion du rassemblement et invité les ressortissants américains à éviter son secteur. Selon les médias officiels syriens, des soldats américains débarqués d’hélicoptères venus d’Irak ont attaqué un bâtiment d’un village syrien à huit kilomètres de la frontière irakienne, et entraîné la mort de huit civils. Un responsable américain à Washington a confirmé sous couvert de l’anonymat que le raid avait été mené par les Etats-Unis et assuré qu’il s’inscrivait dans le cadre de la lutte contre les combattants étrangers opérant en Irak. La Syrie a affirmé mercredi dernier attendre des «explications» de la part des gouvernements américain et irakien. A noter que les relations syro-américaines sont tendues depuis plusieurs années, Washington accusant la Syrie d’être souvent la porte d’entrée de «terroristes étrangers» venant combattre au côté du réseau extrémiste Al-Qaïda en Irak. Les Etats-Unis imposent des sanctions économiques à la Syrie depuis 2004. Ils avaient rappelé leur ambassadeur à Damas quelques jours après l’attentat qui a coûté la vie à l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri le 14 février 2005. Ils sont représentés depuis par un chargé d’affaires.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc