×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Rabat/marché de la ferraille
Les autorités s’attaquent à la construction anarchique

Par L'Economiste | Edition N°:3360 Le 13/09/2010 | Partager

. Une dizaine de petits magasins ont été fermés. Une vraie «bourse » de pièces automobiles de rechange . La wilaya tente d’apaiser la colère des commerçantsLE marché de la ferraille de Yacoub Al Mansour a été fermé toute la journée de mercredi dernier. C’est une exception pour ce marché ouvert presque tous les jours aux personnes à la recherche de pièces de rechange pour la réparation ou la maintenance de leurs voitures. L’arrêt de l’activité a été décidé par la majorité des commerçants par solidarité avec leurs collègues suite à la destruction la veille des portes de leur local par les autorités. Un sit-in a été organisé sur le site l’après midi, par une partie des ferrailleurs. «Une partie des 300 locaux installés sur ce site ont été construits d’une manière illégale», justifie un responsable de la wilaya. Avec le temps, les magasins ont poussé comme des champignons sur ce site aménagé en 1970 et qui tient presque lieu de bourse de pièces automobiles de rechange. Certains locataires ou leurs héritiers ont procédé à des réaménagements de leur magasin en deux ou trois petits locaux. Les opérations de démolition ont touché des magasins qui débordent sur les rues, 5 sur un total de 11 identifiés. Pour apaiser les esprits, une réunion s’est tenue mercredi dernier à la wilaya avec les responsables de l’association représentant les commerçants du marché de la ferraille de Yakoub Al Mansour. Les premières négociations ont abouti à la reprise de l’activité en attendant l’examen des cas incriminés. «Une réflexion est menée par notre bureau pour la réhabilitation de ce marché dans le cadre du programme national de Villes sans bidonvilles», avance Hakim Benchemach, président de l’arrondissement de Yakoub Al Mansour. «C’est le laxisme de la commune et des autorités qui a conduit à cette situation anarchique. Car le problème existe depuis des années», accuse un élu local PJD. Pour ce dernier, le déplacement de ce marché dans une zone industrielle à l’extérieur de la capitale s’impose. L’activité de ce marché commence à poser de sérieux problèmes aux habitants tout proches. L’élu du PJD rappelle également que ce marché se situe dans un site qui devrait en principe être aménagé dans le cadre du projet de la corniche de Rabat.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc