×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Rabat: Plus de 430.000 élèves reprennent le chemin de l’école

Par L'Economiste | Edition N°:3362 Le 15/09/2010 | Partager

. 18 millions de DH pour les fournitures scolaires . Les enseignants de philo et du français se font rares LES établissements scolaires de l’Académie régionale de l’éducation de Rabat accueilleront cette année plus de 430.000 élèves. Certes, avec le plan d’urgence, les dotations budgétaires ont été nettement améliorées. Mais cela reste insuffisant pour rattraper le retard accumulé sur plusieurs années. Sur le volet social, les efforts se poursuivent dans le cadre de l’opération «un million de cartables» pour soutenir les élèves, notamment ceux défavorisés, pour poursuivre leur scolarité. Cette année, l’académie a mobilisé un budget de 18 millions de DH pour l’acquisition des fournitures et des manuels scolaires au profit des élèves de la région. Le grand lot sera réservé au cycle primaire: 213.000 bénéficiaires sur un total de 230.000 élèves. Une couverture de 100% sera assurée pour l’ensemble des classes de la première année primaire dont le nombre avoisine les 36.800 enfants. Une attention particulière sera accordée aux élèves du monde rural. Toujours sur le volet social, plus de 31.000 élèves vont bénéficier des repas servis par les cantines scolaires, soit plus de 4.500 nouveaux élèves. De nouvelles bourses d’internat seront accordées à 940 collégiens et lycéens. L’amélioration des conditions du transport des élèves, notamment en milieu rural, figure également parmi les priorités. Près de mille élèves du primaire seront dotés d’une bicyclette VTT. «Cette expérience avait un impact visible sur la baisse du taux de l’abandon scolaire auprès des bénéficiaires estimé à -5% pour le primaire et plus que le double chez les collégiens», précise le responsable de ce dossier dans l’académie.Si les choses s’améliorent peu à peu sur le plan social, il reste de nombreux problèmes à résoudre. Ainsi, l’académie de Rabat souffre d’un déficit d’enseignants. «Pour certaines matières comme la philo, les langues étrangères et la physique, on trouve beaucoup de difficultés pour assurer ces disciplines par manque d’enseignants», indique l’académie. Le nombre des nouvelles affectations pour les 4 délégations de la région a été de 19 postes dont 12 pour le collège et le reste pour le lycée. Insignifiant eu égard aux besoins. «Concernant l’enseignement secondaire qualifiant, le déficit pour cette année est estimé à 119 enseignants», souligne Ali Berrad, délégué provincial de l’éducation à Salé. Ce dernier souligne également le problème des sureffectifs qui touche plus de 40% des lycées de la délégation. De plus, l’académie rencontre à Salé des difficultés dans les procédures administratives pour construire de nouveaux établissements scolaires ou procéder au renforcement des capacités de ceux existants. Il s’agit à titre d’exemple du cas de l’ancien lycée de la ville Ayoubi pour lequel l’académie a mobilisé plus de 7 millions de DH pour sa rénovation et extension. «Le marché a été adjugé, mais les travaux sont bloqués par les autorités», selon le délégué. Un litige similaire avec la commune retarde le début des travaux d’extension du lycée Plateau dont la capacité actuelle est devenue insuffisante pour accueillir les 3.000 lycéens inscrits. Les responsables de l’académie soulèvent aussi le problème de coordination et de concertation avec les autorités en ce qui concerne la planification de construction des établissements scolaires dans les nouvelles zones urbanisées.


Cher privé!

LE secteur de l’enseignement privé se porte bien au niveau de la région de Rabat. Le réseau est composé de plus de 260 établissements dont plus de la moitié se trouve dans la capitale. Ils ont accueilli l’année dernière plus 74.000 élèves contre 67.500 deux années auparavant. Ce qui a permis au secteur privé de renforcer sa position au niveau de la région avec une part de près de 17% tous cycles confondus. A lui seul, le primaire affiche 21%. Face à ces progrès quantitatifs, le secteur fait l’objet toutefois de certaines critiques. A titre d’exemple, des laboratoires mal équipés, ce qui ne permet pas aux élèves des branches scientifiques de mener à bien les travaux pratiques. Outre des frais de scolarité trop élevés, certains établissements pratiquent la commercialisation des manuels scolaires avec des prix exorbitants.Nour Eddine EL AISSI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc