×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

"Jamais projet de Budget n'a été aussi restructurant"

Par L'Economiste | Edition N°:208 Le 14/12/1995 | Partager

"Vous n'avez qu'à voir le volume du projet de Loi de Finances, vous vous rendrez compte que jamais projet aussi volumineux n'a été soumis au Parlement". M. Kabbaj trouve injuste, parce qu'infondées, les critiques dont le projet a été l'objet. Ses explications sur le projet, mais aussi sur les réformes faites ou en cours.


- L'Economiste: On attendait beaucoup de Kabbaj, celui qui a assaini les T. P., débrouillé les dettes du secteur public... Mais votre projet de Loi de Finances a déçu...
- M. Mohamed Kabbaj: Je ne sais pas ce qu'il faut faire pour que ce mot de déception cesse de polluer le débat. Jamais aussi volumineux projet n'a été présenté et jamais une Loi de Finances n'a porté en même temps deux grandes réformes, celle des investissements, qui va nous coûter 2 milliards de DH, et celle de la Douane, fondamentale pour l'assainissement des affaires. Reprenons les principes de notre programme, le programme gouvernemental. Il y en a trois: assainir les bases mêmes de l'économie, restructurer et moderniser les finances publiques et favoriser la modernisation du secteur privé. Vous ne pouvez pas vous dire déçue de l'action réalisée quand en huit mois ont été traités des dossiers d'assainissement aussi difficiles que la pêche, les assurances ou le tourisme, que l'OCP, la première des entreprises publiques, a été restructurée, et quand une lutte courageuse et déterminée a été lancée contre la contrebande. Nous avons préparé le terrain, sensibilisé les gens et nous allons continuer. Nous avons frappé sans hésiter les grands contrebandiers et changé le personnel de la Douane. Si vous croyez que c'est facile...

- Ceci dit, le projet de budget reste en fort déficit alors que vous en avez fait vous-même un moyen de votre politique de restructuration.
- L'effort est là et pas seulement sur le Budget. Le Premier ministre a fait deux circulaires sur les dépenses publiques pour redresser les comportements des administrations et des entreprises publiques. Cet été nous avons déjà réduit de 5% les dépenses de fonctionnement et nous voulons recommencer avec le projet soumis au Parlement.

- En arasant ainsi les dépenses, êtes-vous certain de ne toucher que les dépenses peu ou pas productives que fait l'Administration?
- Ce n'est pas un arasement sans discernement et chaque administration doit voir pour elle-même comment elle doit répartir efficacement ses propres dépenses. 5% est un objectif global et aussi un signal fort pour que chacun revoie sa manière de travailler. Ceci dit, il ne faut pas rêver: 5% d'économies sur le matériel ne vont pas faire disparaître comme par enchantement le déficit, car nous ne pouvons y gagner que 200 millions de DH, mais ce qui compte c'est de se mettre à raisonner autrement, à chercher des façons nouvelles de travailler. Pour ce qui concerne le Ministère des Finances lui-même, nous avons déjà modifié l'organigramme en faisant une place à deux fonctions essentielles à mes yeux, la Planification-prévision et les Ressources humaines, pour lesquelles deux Directions ont été créées. Dans le même temps, nous avons fait faire une audit et nous venons de lancer quelque dix chantiers de réformes. Parallèlement, nous lançons une étude sur le contrôle exercé sur les établissements publics, non pas comme il se dit quelquefois pour rétablir ou renforcer le contrôle a priori, mais pour savoir comment faire pour suivre plus efficacement les établissements publics. Notre programme de travail, notre calendrier de réformes a commencé à s'appliquer. Vous me critiquiez en parlant de votre déception à l'endroit de mes résultats en tant que ministre des Finances, par référence à mes expériences antérieures. Je crois que ces références auraient dû vous amener à comprendre qu'il faut un minimum de temps pour préparer les réformes et les rendre acceptables pour mobiliser les gens. Je ne connais pas d'autre façon de faire et je demeure persuadé que cette procédure est la seule qui puisse réaliser des réformes en profondeur, celles qui vont rester comme un acquis intangible pour notre pays.

- Pour revenir au Budget, la dette est si lourde que bien des voix vous demandent de négocier ou bien que l'Etat marocain négocie à un niveau politique, des réductions ou un rééchelonnement.
- C'est parfaitement impossible, techniquement, en raison de nos cinq mois de réserves en devises, et politiquement parce que cela remettrait en question la crédibilité, l'ouverture, la réforme financière... Le coût serait incalculable et en tout cas énorme. En revanche, ce qui peut être fait, ce sont des séries de petits ajustements qui pourront nous faire gagner de 5 à 10% du service annuel de la dette. Nous avons un programme sur dix-huit mois dans ce sens.

Train de poste au Parlement

La première discussion en plénière de la Chambre des Représentants a été expédiée à toute vitesse: à peine une journée contre au moins deux d'habitude. Et les travaux en Commissions vont aussi à un train de poste. L'examen des mesures douanières est terminé, soit la moitié du texte du projet de Loi de Finances. L'ensemble des partis, majorité et opposition, sont décidés à aller vite. La Loi de Finances pour le premier semestre 1996 battra sans doute plusieurs records en même temps: c'est la plus grosse jamais déposée, c'est la première qui contient des projets de modifications de droits de douane, et sera aussi celle qui sera discutée le plus rapidement.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc