×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Protection du consommateur: En attendant la loi…

Par L'Economiste | Edition N°:2735 Le 14/03/2008 | Partager

. Création de guichets conseils dans plusieurs villes. Un Centre national de la consommation en gestationLe consumérisme commence-t-il à entrer dans les mœurs marocaines? A la veille de la Journée mondiale pour la protection du consommateur, on est en droit de se poser cette question. La précédente édition avait soulevé le débat autour de l’information et de l’orientation du consommateur (cf www.leconomiste.com)(1). Bien souvent, ce dernier est dans la totale ignorance de ses droits et devoirs. Cependant, force est de constater que des efforts importants ont été effectués. Concernant les mesures déjà prises, le ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies avait entrepris plusieurs actions visant le renforcement du mouvement consumériste. Ainsi, une coopération bilatérale avec l’Allemagne a pris forme, à travers le projet Amélioration de la qualité des produits agroalimentaires (AQPA). La première phase de ce projet a consisté en plusieurs opérations de formation, au profit des associations de protection des consommateurs. Les capacités d’intervention de ces dernières ont été revues à la hausse, via l’intervention d‘experts internationaux ainsi que la fourniture d’équipement bureautique et informatique. Une série de missions à l’étranger a permis de s’inspirer de l’expérience d’autres pays en la matière, notamment la France et la Belgique. Par ailleurs, le projet AQPA a permis d’établir un diagnostic des associations participantes, ce qui leur a permis d’optimiser leurs capacités de gestion et d’intervention, notamment via le développement de la communication ainsi que de la proximité par rapport au consommateur. Cette dernière finalité s’est concrétisée à travers la création de guichets-conseils. A cet effet Le projet AQPA a assisté quatre associations, qui ont ouvert leurs guichets dans les villes d’Oujda, de Kénitra, d’El Jadida et d’Essaouira. Cette initiative a permis de prodiguer des conseils à plus de 600 consommateurs (chiffres arrêtés à Février 2008). La mise en réseau des guichets-conseils a été vivement encouragée, dans un objectif d’échange des expériences.. Education des jeunesNe comptant pas s’arrêter en si bon chemin, le ministère de tutelle a mis en chantier un projet de jumelage, qui s’inscrit dans le cadre du Programme d’appui à l’accord d’association entre l’UE et le Maroc (PAAA). Les activités s’inscrivant dans le cadre du jumelage tournent autour de deux axes principaux. Le premier concerne l’arsenal juridique, via la création d’une base de données rassemblant les textes légaux en la matière. Cette compilation permettrait d’analyser les écarts avec l’acquis européen. Le second axe a trait à l’appui institutionnel, et aborde principalement le rôle des institutions dans l’information du consommateur. A ce titre, la rédaction de guides pratiques, ainsi que la diffusion de l’information via des supports audio-visuels, est hautement préconisée. Cette initiative est destinée aussi bien aux écoliers qu’aux consommateurs adultes.Parmi les mesures annoncées l’année dernière, rappelons le lancement d’une étude de faisabilité. Celle-ci a concerné la mise en place d’un Centre national de la consommation (CNC), en collaboration avec la FAO. La réalisation du projet devrait s’étaler sur 18 mois, aussitôt le consultant principal du projet recruté. Les experts de la FAO fourniront une assistance considérable au niveau de la conception du CNC, de la définition de ses actions prioritaires, ainsi que de la formation des cadres marocains appelés à y intervenir.Par ailleurs, pour que la culture du consumérisme devienne une réalité tangible, il est nécessaire d’en prendre conscience le plus tôt possible. L’éducation du jeune consommateur est ainsi devenue un objectif primordial pour le ministère de tutelle. Afin de concrétiser cette stratégie, un partenariat multi-acteurs a été envisagé, incluant notamment le ministère de l’Education nationale. La finalité en serait le développement de supports d’éducation, destinés aux professeurs des établissements d’enseignement.Quant au fameux projet de loi n°27-00, édictant des mesures de protection du consommateur, il s’articule autour de plusieurs apports et objectifs, notamment l’utilisation de la langue arabe pour mieux informer le consommateur, ou sa protection contre les défauts de la chose vendue, à travers l’étendue de la garantie conventionnelle et du service après-vente. Durant l’année 2007, le projet de loi a été revu et actualisé en concertation avec les acteurs du secteur ainsi que les institutions concernées. La dernière réunion portant sur le sujet a été organisée en juin 2007 par le Secrétariat général du gouvernement, afin d’analyser les remarques des différents départements ministériels sur le projet.Adam Berrada-------------------------------------------------------------------------(1) Cette année, pour célébrer la journée mondiale, le théme retenu pour le séminiare organisé par le ministère de l’Industrie et du Commerce est «Associations de consommateurs: quelles actions de proximité en faveur du consommateur?». Cette rencontre se déroule ce vendredi 14 mars à Rabat.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc