×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Projets de création d'entreprise: +7%

Par L'Economiste | Edition N°:1835 Le 18/08/2004 | Partager

. Près de 18.000 certificats négatifs délivrés à fin juillet.Tanger-Tétouan remonte à la seconde position après Casablanca Pas de répit pour les créations d'entreprises, même pendant l'été. C'est en tout cas ce qu'indique l'évolution des demandes de certificat négatif. A fin juillet dernier, les services de l'Office de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) ont délivré 17.993 certificats contre 16.850 par rapport à la même période de l'année dernière, soit une hausse de 7%. La mise en ligne d'un nouveau service de certificats négatifs lancée par l'Ompic, depuis novembre 2003, y est aussi pour quelque chose. Pour rappel, le certificat négatif est un document qui donne à son détenteur, que ce soit une personne physique ou morale, la jouissance exclusive d'une dénomination, un sigle ou une enseigne. .La SARL plébiscitéePar secteur d'activité, ce sont les services qui arrivent en tête des intentions de créations d'entreprises, soit 40% du total des certificats délivrés. Vient juste après le commerce qui représente 35%, suivi loin derrière par les BTP et l'industrie, avec 11% chacun. En revanche, l'agriculture et pêche n'ont représenté, à fin juillet, que 2% de l'ensemble des certificats. Il en est de même pour l'énergie et mines, avec à peine 1%. «Ces deux dernières activités n'ont pas atteint une taille critique pour que les variations soient significatives», explique Adil El Maliki, responsable à l'Ompic. Quant à la nature juridique des certificats négatifs délivrés, la société à responsabilité limitée (SARL) reste plébiscitée. Poursuivant sa montée en puissance, la SARL occupe encore la première marche du podium avec 50% des intentions de créations. Viennent ensuite les personnes physiques (31%) et la société en nom collectif (SNC) avec 14%. En revanche, c'est la SA (société anonyme), privilégiée avant la réforme de la loi, qui accuse une importante baisse. Elle ne bénéficie que de 3%. . L'effet Tanger-MedComme à l'accoutumée, les opérateurs économiques manifestent de l'intérêt pour des investissements à Casablanca. A elle seule, la métropole arrive en première position et représente 37% des certificats délivrés à l'échelle nationale. A noter que Tanger-Med booste depuis quelque temps les investissements dans le nord. Ce qui explique que Tanger-Tétouan arrive en seconde position, ex æquo avec Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (12%). Pour sa part, la région de Marrakech-Tensift-Al Haouz représente 9%, alors que le Sous-Massa-Draâ arrive derrière avec 5% du total dees créations de sociétés. A noter qu'à fin juin dernier, les inscriptions au Registre du commerce (RC) ont totalisé 6.846 opérations. Parmi elles, figurent les personnes physiques avec près de 3.100 inscriptions, suivies des personnes morales avec 1.109 inscriptions. Le reste, soit 2.649, se rapportant aux modifications. Par ailleurs et pour le seul mois de juillet, l'Ompic déclare avoir enregistré 49 brevets d'invention, 430 marques et 37 dessins et modèles industriels. Ainsi les dépôts et enregistrements de juillet dernier ont totalisé 516 opérations.


Les inventions en hausse

Au terme du mois de juillet, l'Ompic déclare avoir reçu 337 brevets d'invention pour enregistrement contre 261 à fin juillet 2003, soit une hausse de 29% par rapport à la même période de l'année dernière. Quant aux marques enregistrées, elles étaient de 3.227 contre 3.031 un an auparavant, ce qui représente une croissance de 6%. Seul bémol, les dessins et modèles industriels ont accusé une baisse de 9%, soit 341 en juillet 2003 contre 309 cette année.


Comment opérer via le Net

Pour pouvoir accéder aux services en ligne de l'Ompic, notamment pour la demande d'un certificat négatif, l'usager doit d'abord consulter la page d'accueil de l'Office (www.ompic.org.ma). Un hyperlien y est dédié aux services en ligne. Après validation du mot de passe et authentification de l'utilisateur pour garantir le paiement de la prestation, ce dernier effectue son choix. Mais encore faut-il que le système vérifie la disponibilité de l'information via sa plate-forme. Une fois la commande validée, et le paiement électronique effectué, l'usager accède au document requis, une copie intégrale identique au format papier disponible chez l'Office. En cas de rejet, le requérant reçoit un document précisant les motifs du rejet. Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc