×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Projet pour réhabiliter les Grottes d’Hercule

    Par L'Economiste | Edition N°:2782 Le 22/05/2008 | Partager

    . Les promoteurs veulent décrocher un financement de l’UE. Les études financées par la région Guadalquivir C’EST un projet ambitieux celui que viennent de présenter la Fédération des municipalités du Bajo Guadalquivir (Andalousie) et la mairie de Tanger. Il s’agit d’une intervention pour la réhabilitation des Grottes d’Hercule et de leur environnement. Les Grottes d’Hercule, ou plutôt leur façade donnant sur la mer en forme de face humaine, vue de profil, sont considérées parmi les symboles universels de Tanger. Leur état de dégradation, actuel, du fait des intempéries, mais surtout à cause de la forte présence humaine, a motivé cette volonté d’agir au plus vite. La semaine dernière, un projet de réhabilitation a été présenté, fruit d’études des cabinets d’architectes Del Corral & Wulff et de Fikri Benabdellah. Il s’agit de repenser l’ensemble du site en le faisant graviter autour du thème de l’eau. Les études ont été financées par la Fédération des municipalités de Bajo Guadalquivir pour un montant global de 90.000 euros (un peu plus d’un million de DH). Le montant total du projet est estimé à près de 1,34 million d’euros (près de 15 millions de DH). Les promoteurs du projet espèrent décrocher un financement européen pour mener à terme les travaux de réhabilitation. «Le projet sera présenté prochainement devant les instances européennes», assure Antonio Navarro, directeur de la fédération. Malgré quelques travaux cosmétiques, le plus ancien vestige de la région nord du Maroc court le risque de sombrer en mer. Les Grottes sont actuellement dans un état de délabrement avancé. En 2003, un pan de rochers dans le nord-ouest des Grottes s’était effondré. L’incident avait valu aux Grottes d’être fermées momentanément aux visiteurs en attendant d’évaluer les dégâts. L’état actuel est le résultat conjugué des infiltrations des pluies, mais aussi des constructions anarchiques qui ont fleuri au-dessus, selon l’Agence urbaine qui avait audité le site à l’époque. Au fil des ans, nombre de constructions anarchiques ont pris place sur la terrasse qui sert de plafond aux grottes, cafés et boutiques de souvenirs, entre autres. Outre la dégradation du plafond de la grotte, ces constructions portent atteinte au caractère spécifique des Grottes et empêchent toute exploitation rationnelle et efficace de leurs potentialités touristiques. Le site pourrait en effet retrouver son aspect d’antan. À noter que les Grottes d’Hercule ne sont pas les seuls sites menacés au Nord. Non loin de là, se trouve le site de Cotta, avec des vestiges de l’époque romaine qui se sont retrouvés encerclés dans l’enceinte d’une propriété privée. À rappeler aussi le cas de Luxus, situé en bordure d’une route nationale. Même s’il est protégé par une clôture, l’ancien site fait l’objet de tous les pillages, faute de protection.De notre correspondant, Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc