×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Projet d’institut d’intermédiation en assurance

Par L'Economiste | Edition N°:2202 Le 27/01/2006 | Partager

. Le business-plan entériné en mai 2006. La structure fournira une formation diplômante. Plusieurs associations méditerranéennes seront dans le tour de tableC’est une première. Le Maroc abritera un institut méditerranéen d’intermédiation en assurance. L’initiative est de la Fédération nationale des agents et courtiers en assurance du Maroc (Fnacam), en partenariat avec la quarantaine de membres que compte la Fédération méditerranéenne des intermédiaires d’assurances (FMBA). «Nous avons souscrit au principe de la création de cet institut en juin 2004 à Madrid en tant qu’idée fédératrice, puis le projet a été entériné en janvier 2005 à Beyrouth et le 2 juin à Marrakech. Sa création interviendra juste après la réunion de la FMBA en mai prochain en Egypte», affirme Mohammed Berrada, président de la Fnacam. Un business-plan a été présenté lors de la dernière réunion de la FMBA à Marrakech et qui devra être entériné lors d’une réunion en Egypte. Dans le tour de table, on retrouvera la majorité de ces associations avec le Syndicat des courtiers d’assurances Rhône/Alpes/Auvergne (Sycra). Le montant global de l’investissement devra être arrêté lors de la réunion de l’Egypte. Si le principe de la création de l’établissement est acquis, il reste toutefois le problème de la participation directe des associations au capital: la législation de certains pays européens ne permet pas aux associations d’investir dans des projets à but lucratif. Pour surmonter ce problème, la Fnacam a proposé la création d’un fonds spécial au sein de la FMBA, qui opérerait une mise directe dans l’institut. «Ce fonds, indique Mohammed Berrada, sera alimenté directement par les associations membres».Une commission de la FMBA se penchera sur la création de ce fonds, dont le montage financier devrait être présenté lors de la prochaine réunion de la FMBA en mai prochain en Egypte. «La commission est composée du Maroc, de la France et de l’Espagne; elle est appelée à réfléchir sur la formule adéquate susceptible de lancer définitivement le projet dès mai 2006», affirme le président de la Fnacam.L’expertise de cet institut sera soutenue par d’autres structures de renommée internationale comme le groupe «Ecole Nationale d’Assurances», basé à Lyon. L’institut se propose de préparer des candidats exclusivement aux métiers d’intermédiation en assurance. L’objectif du cursus est de permettre aux bénéficiaires d’acquérir une culture générale, maîtriser les aspects juridique et financier de l’assurance et enfin développer leur aisance relationnelle pour une relation de confiance avec la clientèle. «C’est une démarche positive dans la consolidation de ce que nous ambitionnons d’entreprendre ensemble pour servir notre métier et notre profession à travers la FMBA», souligne Berrada. L’Institut méditerranéen des intermédiaires d’assurance sera une institution pédagogique dotée d’une stratégie de formation et de moyens d’action autonomes, pour atteindre ses objectifs dans les meilleures conditions. «C’est un institut qui ne sera pas une simple structure de formation d’appoint, qui complète des formations universitaires existantes, mais fournira bel et bien une formation certifiante ou diplômante», note Berrada. La participation des associations membres de la FMBA, donne au projet un rayonnement international qui rendrait ce projet viable. «Cette dimension, souligne le président de la Fnacam, prendrait également une d’ampleur africaine si les Algériens, avec lesquels la Fnacam est actuellement en contact, intègrent la FMBA ou que l’élargissement souhaité touche des pays comme la Mauritanie, le Sénégal ou la Côte d’Ivoire en quête de coopération dans les assurances».B. E. Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc