×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Projections économiques
Le tertiaire plus tonique

Par L'Economiste | Edition N°:2359 Le 12/09/2006 | Partager

. Baisse significative de la part du primaire. L’épargne intérieure serait suffisante pour soutenir l’investissementReconduction de la politique budgétaire menée en 2006, baisse de la part du secteur primaire dans le PIB (13,9 au lieu de 15,1% en 2006), croissance de 5% pour le secteur tertiaire au lieu de 4,4% l’année en cours, un PIB réel en hausse de 3,2%. C’est ce qui ressort du budget économique exploratoire 2007 élaboré par le Haut-Commissariat au plan. Comme à l’accoutumée, ce rapport tombe à la veille du lancement des travaux du projet de la loi de Finances. Il tient compte, d’une part, des agrégats annuels des comptes nationaux de 2005 et de l’analyse des indicateurs infra-annuels afférents à l’année en cours. Et, d’autre part, de l’évolution des facteurs exogènes régissant l’économie nationale aussi bien sur le plan national qu’international. Le budget économique exploratoire ainsi établi devrait permettre aux décideurs de prendre conscience de l’évolution économique prévisible en 2007 afin de fixer des objectifs alternatifs plus ambitieux. D’une manière générale, il est prévu une légère baisse de la demande mondiale envers le Maroc en 2007. Cette évolution est due principalement à la baisse du volume des importations (biens et services) des principaux partenaires. Par ailleurs, une amélioration des exportations pourrait être attendue des accords de libre-échange signés par le Maroc, qui commence d’ailleurs à se manifester à partir de l’année en cours. Les importations des biens et services devraient enregistrer une augmentation de 10,5% en 2007 au lieu de 11,8% en 2006. Cette décélération s’explique par la hausse modérée des cours du pétrole 63 dollars/baril au lieu de 61,2 en 2006. Le rapport table aussi sur la poursuite du dynamisme de l’activité touristique en 2007 et la consolidation du rythme d’accroissement des transferts des MRE. Au final, le PIB réel connaîtrait une hausse de 3,2% en 2007. La part du secteur tertiaire serait de 56,1% au lieu de 55,2% en 2006. Celle du secondaire serait de 30% comparativement à 29,7% un an auparavant. La part du secteur primaire, par contre, enregistrerait une baisse significative (13,9 au lieu de 15,1%). Le secteur tertiaire continue sur sa lancée, il afficherait une croissance d’environ 5% en 2007 au lieu de 4,4% l’année en cours. Sous l’effet de la performance des activités de tourisme, des télécommunications, du transport, du commerce et des activités financières, l’amélioration des services marchands dépasserait, en 2007, les 6% au lieu des 5,8% prévus à la fin de cette année. Quant à l’analyse de l’équilibre ressources/emplois, le rapport prévoit le maintien de l’épargne intérieure à 18,6% du PIB en 2007 et affirme qu’elle serait suffisante pour soutenir les perspectives en matière d’investissement qui atteindrait 26% du PIB. Said Mabrouk

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc