×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Programme Moukawalati à Fès 200 projets étudiés en une semaine

Par L'Economiste | Edition N°:2331 Le 01/08/2006 | Partager

. L’implication de tous les responsables souhaitée . Création d’un comité régional avec obligation de résultatLe programme d’appui à la création d’entreprises, «Moukawalati», ouvre une nouvelle voie aux jeunes diplômés dans la région Fès-Boulemane. Doté d’un comité régional de suivi, il affiche de grandes ambitions notamment à travers la mise en œuvre d’un système informatique supportant le programme, l’implication directe et effective de tous les responsables des services externes pour sa réussite et l’élaboration d’une stratégie régionale pour la promotion de la création d’entreprises avec des objectifs clairs et précis. Selon Mohamed Rharrabi, wali de Fès-Boulemane, et président du comité régional Moukawalati, outre la mise en place d’une banque de projets, le comité entend créer un plateau industriel (pépinière…) pour accueillir les porteurs de projets ainsi que des plateformes commerciales pour la domiciliation; sans oublier la préparation d’un plan de communication régional. De fait, le comité se charge de l’animation du milieu régional pour la promotion de l’esprit entrepreneurial et la déclinaison des objectifs au niveau de la région. La validation du plan de communication régional, la sélection définitive des candidats proposés par les guichets à travers la création de commissions de sélection et le suivi de l’activité des guichets pour la réalisation des objectifs et l’évaluation des performances figurent parmi ses missions. Ainsi, Rharrabi a appelé, lors d’une récente rencontre à laquelle ont pris part tous les partenaires du programme Moukawalati, à la mise en place d’un dispositif qui répond aux besoins des jeunes créateurs d’entreprises. «Et ce en mettant à leur disposition les moyens et procédures appropriés». Parmi ces procédures, on note le seuil minimal requis pour la création d’une SARL qui a été ramené de 100.000 à 10.000 DH. Il y a également l’incitation des directions des grandes entreprises publiques et privées à une inscription effective dans une logique d’externalisation et de sous-traitance. C’est ce qui encourage le développement d’opportunités d’affaires pour les petites entreprises à créer. Pour Fouad Ouzzine, directeur du CRI, l’avance à hauteur de 10% du montant d’investissement plafonnée à 15.000 DH, la garantie de 85% du montant d’investissement déléguée aux banques (délai d’instruction du dossier de 21 jours) et l’accompagnement des porteurs de projet pré et postcréation à hauteur de 10.000 DH pris en charge par l’Anapec, sont autant de mesures incitatives à la création d’entreprises. Ouzzine ajoute que les cinq guichets Moukawalati dont dispose la région sont d’un grand apport. Ils sont conçus selon une seule charte et des processus standardisés à l’échelle nationale. Ajoutons à cela, l’organisation par le CRI, de la caravane Moukawalati qui a sillonné les principales villes et provinces de la région. Initiée en collaboration avec l’Anapec, la Chambre de commerce, d’industrie et de services, l’Odeco, l’OFPPT, les associations de microcrédit (Edamana, Zagora, Fondep), la banque Populaire, la FBPCE, la BMCE et le Crédit Agricole Maroc, «cette tournée est une approche innovante pour conseiller les porteurs de projets et les orienter individuellement afin de concrétiser leurs idées et monter leurs projets», explique le responsable du CRI. «En une semaine, nous avons examiné plus de 200 projets dans divers domaines porteurs, notamment l’agroalimentaire, la transformation des plantes médicinales et aromatiques, l’élevage, l’arboriculture, les mines et les services», a-t-il indiqué. La forte participation des jeunes à cette opération témoigne de leur ambition d’intégrer le monde de l’entreprise et de leur volonté d’acquérir suffisamment d’expérience pour y réussir. En tout cas, Moukawalati permettra de booster la création d’entreprises et ouvrira aux jeunes créateurs et porteurs de projets les portes pour accéder à des postes d’emploi et contribuer au développement de leur région et de leur pays. Enfin, «nous essayons de banaliser la création d’entreprises et l’acte d’investir, d’en faire l’une des voies naturelles s’offrant à nos jeunes désireux de s’investir professionnellement. Cette banalisation sera sans doute l’un des indices de la démocratisation de l’entreprenariat», conclut Ouzzine.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc