×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Produits pétroliers et gaziers
La compensation à sec d’ici juillet 2008?

Par L'Economiste | Edition N°:2734 Le 13/03/2008 | Partager

. Les 13 milliards de DH dédiés ne suffiront plus. Réactiver la loi de Finances pour rallonger le budget?. Répercuter la hausse des prix sur le consommateur?LE parfait dilemme. Que va-t-il se passer au-delà de juillet 2008? L’inquiétude de la Fédération de l’énergie qui va grandissante, au regard de la flambée du prix du baril de pétrole qui flirte avec les 110 dollars, est justifiée. «Les 13 milliards de DH réservés aux produits pétroliers et gaziers seront totalement épuisés d’ici juillet 2008». C’est le constat de la Fédération de l’énergie fait au ministre des Affaires économiques et générales. Selon ses prévisions, à partir de ce mois de mars, la compensation va monter à 2 milliards de DH par mois. Ajoutez à cela les arriérés de paiement des deux premiers mois de cette année (1,5 milliard en janvier et 1,2 en février) et le reliquat à fin décembre de 2 milliards de DH. Nizar Baraka, qui recevait lundi 10 mars une délégation de la Fédération de l’énergie, conduite par son président Moulay Abdellah Alaoui, ne semblait pas surpris. A en croire une source bien informée, «les discussions qui s’en sont suivies, ont plutôt porté sur la stratégie à mettre en place pour parer au pire» que sur le sérieux de ce constat. Sans verser dans le catastrophisme, les prédictions n’augurent rien de bon. Comment le gouvernement va-t-il s’y prendre? Sachant que le cours incontrôlable du pétrole est d’ores et déjà de nature à impulser une révision à la hausse de l’hypothèse de départ qui tablait sur 75 dollars. Pour le président de la Fédération, la question est autrement beaucoup plus précise. «Faut-il réactiver la loi de Finances, pour rallonger le budget de la Caisse de compensation ou répercuter la hausse des prix des produits pétroliers et gaziers sur le consommateur?» A cette double interrogation, aucune solution n’est avancée pour le moment. Juillet, c’est encore dans 4 mois!Toutefois, ces questionnements et bien d’autres semblent s’entrechoquer dans la tête des professionnels. Pour cela, la Fédération compte multiplier les rencontres avec les autorités concernées. Coup sur coup, avant la fin du mois en cours, elle se rendra chez le ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, puis chez le secrétaire d’Etat à l’Intérieur, Saâd Hassar. Avec l’argentier du Royaume, il sera plutôt question des arriérés de la Caisse de compensation et de son avenir. Avec Hassar, la Fédération discutera de la gestion des services de l’énergie, notamment de la question de la gestion déléguée et de la distribution.Auparavant, la Fédération a été reçue le 29 février dernier par la ministre de l’Energie. Au sortir de cette rencontre, Amina Benkhadra a accepté la participation de la Fédération de l’énergie à la conception de l’architecture ou définition énergétique du pays (cf. www.leconomiste.com). L’étude de faisabilité a été confiée au cabinet Mc Kinsey. Objectif: permettre un meilleur ciblage pour toucher les foyers les plus vulnérables et appliquer la vérité des prix, chère aux professionnels. Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc