×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Prix du carburant: Baissera, baissera pas?

Par L'Economiste | Edition N°:2408 Le 24/11/2006 | Partager

. Des opérateurs disent ne pas avoir encore digéré la 1re baisse. Les cours du brut sont-ils assez bas?UNE baisse des prix à la pompe est à l’étude. A en croire un opérateur digne de foi, les pouvoirs publics étudient depuis quelques jours la possibilité de revoir à la baisse les prix du carburant. Une baisse qui se justifie par le comportement du brent à l’international. A l’heure où nous mettions sous presse, les cours du brut chutaient sous la barre des 60 dollars. A Londres, le baril du brent de la mer du Nord a reculé de 90 cents pour s’établir à 59,49 dollars. Une éventuelle baisse des prix à la pompe s’explique aussi par la mise en place de ce système d’indexation. En principe, ce système, avait déclaré le président de la Fédération de l’énergie à L’Economiste, «suppose de répercuter toute hausse ou baisse des prix des produits pétroliers» (cf.www.leconomiste.com). En tout cas, si jamais elle intervient, cette baisse sera la deuxième après celle du 6 octobre dernier et qui avait marqué l’entrée effective du système d’indexation. Pour des pétroliers, il n’y a pas de quoi se réjouir. Au moindre retournement international, les prix peuvent être revus à la hausse. A cela s’ajoute le boulet de la Caisse de compensation. Elle continuera vaille que vaille à supporter l’équivalent de 1,8 milliard de DH par an et ce, pour le soutien du prix du gasoil uniquement. En 2007, l’Etat devra débourser 5,8 milliards de DH pour les produits pétroliers. Pour le budget 2007, rappelons-le, le gouvernement s’est basé sur un baril à 65 dollars. Des pétroliers ne semblent pas prêts à accueillir une éventuelle baisse. «Nous n’avons pas encore digéré la première baisse. Comment voulez-vous que les distributeurs gèrent le différentiel entre l’approvisionnement et la vente? s’exclame un opérateur. Au niveau du Groupement des pétroliers, l’on parle d’un manque à gagner important en cas de réduction des prix à la pompe. Le différentiel entre le prix de reprise indexé sur le prix de vente à l’international pèse sur la trésorerie des opérateurs. Les effets de l’indexation font que les créances de la Caisse de compensation baissent ou augmentent, c’est selon. En tout cas, l’actuelle structure des prix de vente (voir tableau) prendra fin le 30 novembre. A. R.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc