×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Prix de L’Economiste pour la recherche
Un guide de gestion déléguée des services publics

Par L'Economiste | Edition N°:2199 Le 24/01/2006 | Partager

Primé dans la catégorie master, le mémoire sur «La gestion déléguée au service de l’usager» a le mérite de proposer un guide pratique aux collectivités locales pour les accompagner dans le processus de délégation des services. Ce travail s’est basé sur les principales expériences marocaines et étrangères. La délégation de service public doit obéir à certaines phases, expliquent les auteurs. Ils recommandent la réalisation d’analyses et d’études de faisabilité technico-économiques afin d’éclairer le choix des organes délibérants sur le mode de gestion le mieux approprié aux besoins du service. L’expérience et le degré de confiance accordée au délégataire doivent faire l’objet d’une attention particulière. «La confiance est le maître-mot qui donne tout son sens à un partenariat et constitue l’élément déterminant de la viabilité générale et de la réussite d’une opération de gestion déléguée», soulignent les auteurs. Un véritable partenariat doit être conditionné par l’obligation de résultat et non de moyens. La puissance publique se doit de contrôler et de veiller au respect des engagements contractuels de l’opérateur privé. Les deux chercheurs estiment que cela passe par le renforcement des capacités institutionnelles des collectivités locales, un domaine où elles accusent de grosses lacunes. Sans cette «mise à niveau», la décentralisation et l’élargissement des compétence des élus locaux n’auraient qu’une portée limitée. Ces pôles de compétence devraient être juridiquement responsables de l’organisation et du bon fonctionnement des services publics. Objectif: soutenir les acteurs locaux dans la préparation et la négociation des contrats de délégation. Ces pôles doivent maîtriser les principaux aspects-clés sur lesquels la collectivité délégante doit se montrer très vigilante: l’inventaire préalable des biens, objet de la délégation, et leur traduction comptable, la durée de la convention, des investissements, des travaux à effectuer dans le cadre de la convention et le sort des biens à l’issue de la délégation.

Les auteurs

- Mohamed Benahmed est titulaire d’une maîtrise d’ingénierie mathématique de l’Université de Metz. Après quelques années dans l’enseignement, il a intégré l’Ecole Mohammédia des Ingénieurs où il a décroché son diplôme d’ingénieur d’Etat en génie civil/hydraulique en 1990. Avant d’intégrer le Fonds d’équipement communal en 1996, il a travaillé à la Société Générale des Travaux du Maroc. - Abdelouahed Zahidi est directeur du Financement Al Omrane. Auparavant, Il avait occupé plusieurs postes dans l’Administration. Zahidi est titulaire d’un diplôme de l’ISCAE. Il a suivi aussi une formation à la Whorton School Felds Center of Government à Philadelphia sur le «Financement de l’habitat«. Zahidi est, par ailleurs, diplômé du cycle supérieur de gestion de l’ISCAE en juin 2004.


«Une recherche difficile à cadrer»

- L’Economiste: Qu’est ce qui a motivé le choix du thème de votre mémoire?- Mohamed BENAHMED: C’est un thème d’actualité qui touche directement le citoyen puisqu’il s’agit de lui fournir des services urbains indispensables à la vie quotidienne, tels que la distribution d’eau potable, l’assainissement liquide, l’électricité. Or, la plupart de ces services nécessitent la mobilisation de capitaux importants et une technicité difficile à surmonter sans l’implication du secteur privé qui dispose du savoir-faire technologique et des capacités de financement nécessaires. Notre objectif était de rapprocher les intérêts et les points de vue entre les collectivités publiques et les investisseurs qui cherchent à sécuriser et rentabiliser les capitaux investis dans l’opération. - Abdelouahed Zahidi: Nous avons voulu capitaliser au mieux nos acquis professionnels et notre connaissance des métiers du secteur local, étant donné que nous exerçons dans des organismes qui sont des alliés naturels des collectivités locales et des acteurs dynamiques dans le financement des équipements collectifs et la mise à niveau et la requalification urbaines. - Qu’elles sont les difficultés rencontrées lors de la réalisation de votre recherche?- Le cadrage de cette recherche n’a pas été une tâche aisée dans la mesure où nous nous sommes fixés un objectif primordial, celui d’apporter une valeur ajoutée pratique et opérationnelle répondant à un véritable besoin. C’est pourquoi nous nous sommes focalisés sur l’analyse critique des expériences de concession des services de distribution d’eau potable, de l’électricité et d’assainissement liquide de Casablanca et Rabat, qui ont été suffisamment opérationnelles pour pouvoir en tirer des enseignements pertinents et utiles. Propos recueillis par Khadija MASMOUDI


Diagnostic des groupes familiaux

L’entreprise familiale constitue aujourd’hui la forme la plus présente dans le paysage économique marocain. Mustapha Bouzeguia, nominé pour l’obtention du prix de L’Economiste pour la recherche catégorie «Licence», a analysé le comportement des groupes familiaux. L’organisation de ces structures est pyramidale, soutient-il. Et c’est le degré de participation dans le tour de table des filiales qui détermine le mode de gestion. Selon l’auteur, cette organisation impose la définition des politiques de communication, des systèmes d’information, des ressources humaines et même les options stratégiques des filiales. Certains groupes choisissent de se placer dans une optique financière en se limitant à la gestion de participations et moins dans les tâches opérationnelles. Le quotidien des filiales n’est pas présent dans leur stratégie, c’est plutôt leurs résultats qui comptent.Selon Mustapha Bouzeguia, l’évolution de la vie des groupes est limitée à des manœuvres de restructuration. Les sorties médiatiques se résument à une communication institutionnelle. L’image véhiculée, et perçue par les observateurs, reste liée à l’esprit familial qui a été à la base de création des groupes au Maroc.

L’auteur

Mustapha Bouzeguia est née en 1981. Il vient d’obtenir une licence appliquée en commerce international de la Faculté des Sciences économiques à l’Université Hassan II. Nadia DREF


La franchise pour comprendre les IDE

La franchise au Maroc est un thème de recherche bien novateur, constate le jury qui a présidé la soutenance de la thèse. Basée sur une enquête auprès de trente entreprises franchisées, l’étude a un triple objectif: D’abord jeter la lumière sur la réalité de ce mode de commerce dans notre pays. Analyser, ensuite, le contexte économique et en particulier la situation des PME tout en se référant à l’apport théorique de la franchise. Enfin, dégager les conditions de réussite et les facteurs d’échec à travers une analyse sectorielle (restauration rapide, esthétique…). Cette recherche a le mérite de traiter d’un point de vue pratique l’une des modalités de réalisation des investissements directs étrangers (IDE). Les conclusions dégagées contribueront à une meilleure compréhension des motivations des investisseurs étrangers au Maroc.Sur le plan méthodologique, l’auteur a montré des qualités analytiques bien réelles ainsi qu’un esprit critique développé, avec le souci constant de confronter enseignements théoriques et résultats empiriques.

L’auteur

Hanane Rochdane a fait des études supérieures en économie à l’Université Hassan II Aïn chock à Casablanca. En 2004, elle décroche le grade de docteur en économie. Actuellement, Hanane Rochdane exerce en tant qu’enseignante universitaire. Son travail a été sélectionné dans la catégorie «Doctorat». M. E. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc