×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Privé et public s'associent

    Par L'Economiste | Edition N°:272 Le 20/03/1997 | Partager

    Une association vient d'être créée pour promouvoir la recherche-développement. Un plan d'action a été mis en place: formation, voyages, visites croisées entreprises-laboratoires...


    «S'il n'y a pas d'activité de recherche et de développement, le Maroc produira ce que voudront les autres», déclare d'emblée le directeur de la Recherche Scientifique au Ministère de l'Enseignement Supérieur. Pour développer ce concept, une association vient d'être créée. Il s'agit de l'Association Marocaine pour la Recherche et le Développement (ASMARDEV) dont l'assemblée constitutive s'est tenue le 12 mars dernier. Le ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique souligne que «cette Association vient répondre à une attente insatisfaite très importante». Cet avis est partagé par M. Abdeslam Ahizoune, directeur général de l'ONPT. Pour sa part, le directeur de l'ONE, M. Driss Benhima, affirme que l'ASMARDEV pourra aider à bien identifier les questions de recherche. A signaler que l'ONE a proposé, lors de l'assemblée constitutive, de mettre un local à la disposition de l'Association. Selon les membres fondateurs, les objectifs de l'ASMARDEV consistent, entre autres, à répondre aux besoins des entreprises en matière d'innovation et de recherche-développement. Ceci est d'autant plus nécessaire que la R&D est encore au stade embryonnaire au Maroc en raison de l'absence d'un lien direct entre les universités et les instituts d'une part, et les activités de production, d'autre part. M. Abderrahim Lahjouji, président de la CGEM, indique que cette Association est un moyen pour «jeter des passerelles entre les entreprises et les universités». D'ailleurs, rares sont les entreprises qui font de la R&D un outil de gestion. Les entreprises y consacrent entre 3 et 10% de leur chiffre d'affaires. En Europe, «70% des dépôts de brevets sont effectués par des PME-PMI, d'où l'importance de ces entités dans la recherche et le développement», est-il souligné. Ainsi, la prépondérance des PME-PMI dans le tissu économique local ne constitue pas une entrave au développement d'une telle activité.

    Plan d'action


    Par ailleurs, la politique méditerranéenne de l'Europe prévoit des montants importants pour la R&D dans les pays du Sud. Mais seuls les pays structurés et dynamiques dans ce domaine en tireront profit, expliquent les membres de l'Association. C'est dans ce sens que l'ASMARDEV a établi un plan d'action consistant notamment à promouvoir le lancement d'activités de recherche au sein des entreprises en en finançant les projets. Des actions de sensibilisation, via des colloques et des voyages d'études, sont également prévues. De surcroît, des efforts seront fournis afin de mettre en place un cadre réglementaire et fiscal incitatif en prenant exemple sur les codes réglementaires, fiscaux et institutionnels des pays avancés dans ce domaine. Aussi l'Association envisage-t-elle de soumettre des projets de dispositions fiscales aux pouvoirs publics pour la prochaine Loi des Finances 97-98.
    Pour échapper à toute crise financière pouvant ralentir les activités de l'Association, des contacts avec des organismes extérieurs susceptibles de contribuer au financement de la R&D dans le pays sont envisagés. Les possibilités de financement de la R&D par des fonds marocains ne sont pas écartées. L'étude d'un projet de technopole figure également au niveau du programme d'action.
    Afin de faciliter les synergies entre les laboratoires de R&D au sein des entreprises et les autres institutions de recherche, plusieurs mesures sont prévues: visites croisées entreprises-laboratoires de R&D ainsi qu'une manifestation à caractère technique pour présenter les travaux et les résultats de R&D. De plus, les informations seront diffusées entre les laboratoires via un bulletin d'information.
    Des contacts seront également institués avec les chercheurs marocains installés à l'étranger ainsi qu'avec les associations les représentant.

    Les membres


    L'ASMARDEV a été fondée par Afriquia, l'ONA, l'OCP, la SNI, l'ONE, l'ONPT et la CGEM. Elle comprend aussi bien des personnes morales que physiques. Les premières comptent notamment des entreprises du secteur productif privé, public ou semi-public, des laboratoires et des organismes financiers. Le directeur de la Recherche Scientifique au Ministère de l'Enseignement Supérieur ainsi que le chef de mission du Cabinet Royal sont également membres.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc