×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Privatisation: La Pologne adopte une formule complexe

    Par L'Economiste | Edition N°:48 Le 08/10/1992 | Partager

    Le Parlement de Varsovie a adopté Vendredi dernier le projet de loi définitif sur la privatisation générale, après un an et demi d'hésitations et de corrections. Contrairement aux autres pays de l'Est qui ont choisi la formule des "bons de privatisation" donnant directement droit à un certain nombre d'actions, la Pologne propose un système plus complexe. Abandonnant la distribution de participations gratuites dans les entreprises privatisées, prévue dans les schémas précédents, le gouvernement polonais propose de faire payer un "droit d'entrée", aux personnes désireuses de devenir propriétaires d'une partie du capital de ces firmes. Ce droit d'entrée devrait atteindre environ 10% du salaire mensuel moyen, soit 2 millions de Zlotys (un peu moins de 1.700DH).

    En contrepartie, la population recevra des "certificats de valeur" disponibles dans les postes ou les banques. Il s'agit à vrai dire de participations dans les fonds d'investissement chargés de gérer les sociétés privatisées. Le programme prévoit la création d'une vingtaine de ces fonds, qui obtiendront 60% du capital des privatisées. Le reste sera partagé entre les salariés des entreprises concernées (10% gratuitement) et l'Etat (30% via le Trésor Public).

    Somme toute, les Polonais intéressés par la privatisation pourront indirectement devenir les propriétaires de 60% des firmes concernées (elles sont au nombre de 600) et ce , en participant dans différents titres au lieu d'une entreprise donnée.

    Rigide, mais assez souple à certains égards, le système mis en place permet aux futurs actionnaires de vendre, d'acheter et même d'échanger leurs "certificats de valeur" contre les actions d'une autre société. Cependant, cette opération ne débutera pas avant 1994, les deux années à venir devant être consacrées à la restructuration des entreprises privatisables.

    Au total, ces dernières sont estimées à plus de 30 milliards de Francs. Le coût global de l'opération se situerait entre 114 et 134 millions de Francs. Selon le Ministre des Privatisations, il suffirait qu'un million de Polonais participent à la privatisation pour équilibrer les comptes.

    Rubrique réalisé par Hakima EL MARIKY

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc