×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Prévisions FMI: Plus de 5% de croissance pour le Maroc et la Tunisie

Par L'Economiste | Edition N°:2260 Le 21/04/2006 | Partager

. Les deux pays vulnérables à une flambée supplémentaire des prix du brutLa croissance économique prévisionnelle au Maroc et en Tunisie s’établira à plus de 5% en 2006, indique un rapport du Fonds monétaire international (FMI) rendu public mercredi 19 avril, soulignant que l’expiration des quotas du textile n’ont eu qu’un impact modeste sur leur expansion globale.Les deux pays demeurent, toutefois, vulnérables à une flambée supplémentaire des prix du brut et à de possibles effets défavorables à terme sur le secteur du textile, poursuit le rapport qui traite des «Perspectives économiques mondiales». L’encouragement des investissements et la diversification des manufactures demeurent les politiques prioritaires pour les deux pays, selon le document. Pour l’Algérie, l’augmentation des exportations des produits pétroliers et l’activité soutenue dans les secteurs des services et de construction ont étayé la forte croissance économique du pays, alors que l’inflation a diminué en raison de la baisse des prix alimentaires. Au Moyen-Orient et dans la Communauté des pays indépendants, la hausse des cours du pétrole continue de doper les soldes budgétaires et courants, la politique de dépenses étant généralement plus prudente que lors des hausses antérieures. En Afrique sub-saharienne, la croissance du PIB, estimée à 5,5% en 2005, devait passer à 5,8% en 2006, soit le taux le plus élevé depuis plus de trente ans, selon le rapport. Le rapport relève que la croissance du PIB dans les pays africains importateurs du pétrole n’a ralenti que modérément grâce à une amélioration des politiques macroéconomiques et structurelles ainsi qu’à la hausse des produits de base non combustibles, en particulier des métaux, mais aussi à des répercussions plus limitées sur les prix de l’énergie en 2005 et à une augmentation de l’aide extérieure.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc