×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Pour pallier l'insuffisance de l'offre d'électricité : La première tranche de la centrale de Jorf Lasfar opérationnelle en Juillet 94

    Par L'Economiste | Edition N°:59 Le 24/12/1992 | Partager

    La première tranche de la centrale thermique de Jorf Lasfar sera opérationnelle fin Juillet 1994. La deuxième tranche sera mise en service une année plus tard plus de 40% des travaux sont déjà réalisés. Ces deux tranches devront pallier aux problèmes d'approvisionnement d'électricité. Un programme d'urgence est également lancé par l'ONE.

    Le site de la centrale thermique de Jorf Lasfar s'étend sur 60 hectares. Cette centrale sera réalisée en six tranches(1). Les travaux des deux premières tranches ont été lancés en Mars 1991. Sont réalisés, aujourd'hui, prés de 40% des travaux de la première tranche, y compris les auxiliaires communs aux deux premières tranches (le parc à charbon, le parc à fuel, la prise d'eau en mer, les magasins, les ateliers et les terrassements). Pour la deuxième tranche, 20% des travaux sont déjà effectués. Le ministre de l'Energie et des Mines, M. Driss Alaoui M'Daghri, a effectué, le 21 Décembre une visite de chantier où le calendrier des travaux a été discuté.

    La première tranche sera opérationnelle fin Juillet 1994. La deuxième rentrera en service en Mai 1995. Les deux tranches auront une capacité de 2x330 Méga watts. Les travaux de deux autres tranches devront être lancés vers 1998. Les deux dernières sont prévues pour l'horizon 2000. La centrale sera reliée au réseau national interconnecté en très haute tension. La production annuelle d'énergie électrique des deux premières turbines sera de 4,2 milliards de Kwh, ce qui représenterait en vitesse de croisière près du tiers de la production nationale.

    Le problème de l'offre globale de l'électricité de l'ONE ne sera pas réglé avant 1994 avec la mise en service de la première tranche. Toutefois, des programmes d'urgence ont été arrêtés par I'ONE. Ils concernent six turbines à gaz. Les trois premières turbines à gaz seront situées à Tétouan. Les travaux de cette centrale débuteront incessamment. Elle devra être opérationnelle en fin 1994. Les trois autres turbines seront installées à Tit-Mellil et devront être mises en service début 1995. Chaque centrale aura une capacité de 3x33 Méga watts et devra accompagner l'augmentation annuelle de la demande d'électricité, estimée à 7%. Ces centrales fonctionnent au gazoil ou au fuel n°2. Mais en attendant la construction des centrales de traitement du fuel, elles utiliseront du gazoil. En comparaison, à la centrale thermique de Jorf Lasfar, leur installation coûte beaucoup moins cher puisqu'elles seront rentabilisées au bout de 2.000 heures de service. Cependant, leur coût d'exploitation est beaucoup plus élevé.

    Le choix du site de Jorf Lasfar a été retenu, principalement, du fait de la proximité du port pour l'approvisionnement en charbon. Les besoins sont estimés à 1,5 million de tonnes/ an. Le transport du charbon entre le port et la centrale sera effectué, avec un débit de 2.400 tonnes/heure, par un convoyeur de deux kilomètres. L'alimentation en eau de réfrigération est assurée à partir d'un bassin artificiel en mer.

    Celui-ci est protégé par des digues, destinées à le protéger de la houle. L'eau de refroidissement sera puisée par une station de pompage construite sur le rivage.

    Le projet de la première tranche est financé en quasi-totalité par des prêts français (48%) et des prêts espagnols (52%). Son coût est estimé à 5,8 milliards de Dirhams. Prés de 20% des prêts ont été libellés en Dirhams, le reste en Deutchmarks.

    Trais formules ont été utilisées dont les crédits étatiques, les crédits acheteurs et les crédits financiers. Les crédits du Trésor français sont octroyés pour une durée de 30 ans avec un délai de grâce de 10 ans, le taux d'intérêt est de 2,5%. Les prêts accordés par le Trésor italien le sont aux mêmes conditions de durée. Mais les taux d'intérêt sont de 1,5% (accordés en même temps que la signature de l'accord de pêche). Les crédits acheteurs s'étalent sur une durée de 10 ans avec des taux d'intérêts variant entre 8 et 10%.

    Le marché, pour la première tranche, a été enlevé par un consortium de trois sociétés, GEC/ALSTHOM, Dragados et BABCOCK & WILCOX Espanola.

    Les travaux sont réalisés par des équipes travaillant en 3x8. Jusqu'à aujourd'hui, 94.0001m3 de gros de béton et 41.000m3 de béton armé ont été utilisés. Cette consommation représente 50% des besoins de l'ensemble du chantier.

    Celui-ci emploie près de 1.300 personnes. Le suivi de l'ONE est effectué par une vingtaine de personnes.

    Laïla TRIKI

    (1) Chaque tranche est constituée principalement d'un générateur à vapeur du type tour à circulation forcée, d'une turbine, d'un condenseur, d'un alternateur, d'un transformateur principal et d'un transformateur de soutirage.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc