×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Port de Casablanca: Le spectre de la congestion

    Par L'Economiste | Edition N°:2833 Le 04/08/2008 | Partager

    . Cinq bateaux en rade suffisent à jeter le doute. Pour les gestionnaires, «tout va bien». Somaport reporte le début de son activité UNE demi-dizaine de navires porte-conteneurs, qui étaient en rade au port de Casablanca mercredi 30 et jeudi 31 juillet, avaient inquiété certains opérateurs. «Ce sont les prémices de congestion», alertait le secrétaire général de l’Association des transporteurs sur route et port, Abderrahim Chennaoui. Il basait son analyse sur la file d’attente de camions logeant alors l’enceinte portuaire sur près de 2 kilomètres. Déjà vendredi 1er août, le nombre de bateaux en rade n’était que de 3.Contactées par L’Economiste, l’Agence nationale des ports ainsi que Marsa Maroc réfutent toute idée de congestion que «certains opérateurs veulent vaille que vaille installer». D’ailleurs, les responsables du port sont catégoriques là-dessus: «Il n’y a rien d’anormal, les bateaux en question attendaient comme d’habitude leur admission au déchargement». En tout cas, pour Saad Ahardane, directeur de l’Association professionnelle des agents maritimes consignataires de navires (Apran), cette situation peut être imputable à la jonction des périodes de pic durant l’été et de travaux de réaménagement «sans qu’il y ait pour autant congestion». Il affirme que «l’association n’a, à ce jour, reçu aucune doléance dans ce sens de la part de ses adhérents. C’est dire que, comme le défendait le ministre de l’Equipement et du Transport, au Club de L’Economiste, «les choses vont de mieux en mieux». Malgré quelques loupés, l’unicité de la chaîne de manutention, effective depuis plus de 6 mois déjà, est passée par là. Et le partage des rôles a rendu plus facile la tâche des différents intervenants. Seul hic, le retard du lancement des activités de Somaport, deuxième prestataire, prévu à l’origine au mois de juillet dernier. Le deuxième exploitant du port ne démarrera qu’en octobre. Ce qui laisserait Marsa Maroc seul à supporter la hausse du trafic que connaît le port actuellement.Somaport a investi près de 700 millions de DH pour la préparation des quais et l’acquisition du matériel de manutention.Jalal BAAZI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc