×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Politique: L'OTAN passe à la deuxième phase de son plan au Kosovo

Par L'Economiste | Edition N°:474 Le 31/03/1999 | Partager

· Les Serbes poursuivent l'épuration ethnique

· Le régime de Belgrade est responsable de la mort de plus de 200.000 personnes et le déplacement de plusieurs millions de réfugiés, selon Jacques Chirac


Paris s'insurge, Moscou se félicite, le Vatican demande l'arrêt immédiat des bombardements et les forces de l'OTAN faisant fi de toutes les déclarations continuent leurs frappes aériennes de la Yougoslavie pour la sixième nuit consécutive.
"L'Europe ne peut pas accepter d'avoir sur son sol un homme et un régime qui, depuis près de 10 ans, ont engagé en Slovénie, en Croatie, en Bosnie et maintenant au Kosovo des opérations d'épuration ethnique, d'assassinats et de massacres", a déclaré le Président français Jacques Chirac, lors d'une intervention radiotélévisée. Pour lui, le Président yougoslave Slobodan Milosevic et son régime sont responsables de la mort de plus 200.000 personnes et de la fuite de plusieurs millions d'autres depuis le début du conflit dans les Balkans.
Pour le seul conflit au Kosovo, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés fait état de l'exode de près de 100.000 personnes vers les frontières voisines.

Fuir ou rester ?


Alors que des voix se lèvent pour dénoncer l'opération militaire dans cette localité de la Yougoslavie, les frappes continuent. Les médias estiment que ce sont ces dernières qui ont favorisé la catastrophe humanitaire.
"Les déplacements des réfugiés ont commencé depuis longtemps" et se sont accentués avec le début du conflit armé il y un an, s'insurge le secrétaire général de l'OTAN Javier Solana. Pour lui, toutes les initiatives qui pouvaient convaincre le Président Milosevic ont déjà été prises. Il estime par ailleurs que la médiation de l'émissaire russe, M. Evgueni Primacov, entamée hier n'a aucune chance d'aboutir. Celui-ci n'a pas de moyens de pression, a-t-il souligné. D'ailleurs, le Président russe Boris Eltsine a déclaré que la Russie a fait le bon choix en ne se laissant pas entraîner dans le conflit au Kosovo.
Et au moment même où le Pape demandait l'arrêt immédiat de tous les bombardements, les responsables de l'OTAN, pris de vitesse par la terreur semée par les forces serbes très mobiles, ont décidé le week-end dernier de précipiter le passage à la phase deux de leur plan d'opération.
Celle-ci consiste en l'élargissement des bombardements aux concentrations de troupes et de matériels au Sud du 44ème parallèle. En effet, les milices serbes laissent le choix aux Albanais de fuir ou d'être massacrés, selon l'OTAN.
Le régime de Belgrade a pour but, selon l'organisation, de vider, au moins en partie, le Kosovo de ses habitants musulmans.

Abdelaziz MEFTAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc