×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprise Internationale

    Poids lourds: 4500 suppressions d'emplois prévues chez MAN

    Par L'Economiste | Edition N°:55 Le 26/11/1992 | Partager

    Après Volkswagen et Mercedes-Benz, c'est au tour du groupe allemand MAN, spécialisé dans les véhicules utilitaires et les machines, de tailler dans ses effectifs. Le géant bavarois, dont les effectifs mondiaux atteignent 63.250 personnes, prévoit de supprimer 4.500 emplois d'ici à Juin 1993 et de prendre des mesures de chômage partiel en Janvier prochain.
    Ce programme affecterait essentiellement les usines allemandes du groupe et la fabrication d'imprimantes, selon des analystes. Cette dernière activité grève de manière considérable les profits du groupe.
    Les mesures qui viennent d'être annoncées confirment les difficultés de l'industrie allemande, qui multiplie les révisions à la baisse des programmes d'investissements, les plans d'austérité et les recours au chômage. Ces dispositions sont la conséquence directe de la détérioration de la conjoncture poids lourds, MAN réalisant la majeure partie de ses bénéfices dans son activité véhicules industriels. Actuellement, les ventes de poids lourds en Allemagne se tassent et la guerre des prix s'intensifie.
    Les carnets de commandes de MAN, société comptée parmi celles qui ont le plus bénéficié de la réunification allemande
    (406 milliards de Marks de bénéfices durant deux années consécutives, ce qui est un record), ont particulièrement maigri cette année. De Juillet à Septembre, les prises d'ordres ont par exemple baissé de 22% par rapport à l'égale période de l'année écoulée.
    En 1991, grâce à la persistance d'une certaine croissance, la firme bavaroise détenait encore 20% du marché des véhicules industriels.
    En dépit de la déprime caractérisant le marché des poids lourds, allemand, entre autres, M. Klauss Goette, le président du directoire de MAN, affiche un optimisme que les analystes ne partagent pas toujours. Selon ses propres termes, "le groupe est financièrement bien pourvu pour affronter les temps difficiles".

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc