×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Plantes transgéniques: Un marché mondial de 3.000 milliards de Dollars en 2010

Par L'Economiste | Edition N°:466 Le 18/03/1999 | Partager

· Bras de fer Etats-Unis/reste du monde
· Plus de 60 millions d'hectares déjà consacrés aux plantes transgéniques


S'agira-t-il d'une nouvelle barrière douanière qui se mettrait au travers des réseaux du commerce international? C'est du moins ce que craignent les pays producteurs, les Etats-Unis en tête, d'organismes génétiquement modifiés (OGM). Usant de leur poids, ces derniers ont eu gain de cause lors de la dernière réunion des pays signataire de la convention sur la biodiversité en Colombie. En effet, le protocole d'accord sur l'étiquetage des organismes génétiquement modifiés n'a pas été adopté.
Ce protocole de la convention des Nations Unies sur la biodiversité vise à maîtriser les risques de dissémination liés aux OGM dont le premier producteur mondial n'est autre que les Etats-Unis. En Europe, les méthodes de culture de ces organismes restent soumises à une réglementation draconienne, motivée en particulier par les craintes des consommateurs.
En effet, ces organismes suscitent un véritable débat. D'un côté, les pro-OGM mettent en avant la nécessaire productivité de l'agriculture et la recherche de compétitivité des industriels agrochimiques. Selon eux, le développement de plantes résistantes aux herbicides, aux insectes, aux virus et à divers agents de maladies pourrait permettre de réduire les traitements chimiques tout en diminuant les pertes de production inhérentes à toute culture. A l'opposé, les anti-OGM avancent les risques non calculés des conséquences futures de telles manipulations.
Reste que les spécialistes pronostiquent une explosion du marché mondial. Ce dernier se situerait en 2010 entre 120 et 3.000 milliards de Dollars.
Actuellement, c'est aux Etats-Unis que l'utilisation des OGM a été banalisée. En 1998, plus de 25 millions d'hectares ont été concernés par cette culture, dont 3,2 millions pour le maïs transgénique. Dès 1997, plus de 34 plantes transgéniques ont été recensées. Une année (1996-1997) a été suffisante pour multiplier par cinq les superficies cultivées d'OGM.
Selon les spécialistes, ce serait ainsi 60 millions d'hectares dans le monde qui pourraient être consacrés aux plantes transgéniques, dont 80% en Amérique du Nord, 8% en Amérique latine, 10% en Asie et seulement 1% en Europe.
Les Etats-Unis restent donc incontestablement le pays le plus à la pointe dans ce domaine. Plus de 3.000 entreprises, générant 118.000 emplois et une capitalisation boursière de 83 milliards de Dollars, opèrent dans le secteur des biotechnologies.

Abdelaziz MEFTAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc