×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Plan quinquennal: Police spéciale, banque de données...

· Les chantiers du Ministère

Par L'Economiste | Edition N°:441 Le 11/02/1999 | Partager

Réparer, corriger et prévenir. Tels sont les maîtres-mots de la nouvelle politique du Secrétariat d'Etat chargé de l'Environnement dans le cadre de la préparation du Plan quinquennal 1999-2003. Les grands axes font actuellement objet d'une étude au sein des commissions.

Chargé et ambitieux. Le plan d'action de l'environnement à insérer dans le Plan quinquennal, vient d'être présenté par le Département de tutelle. Il se distingue aussi par son caractère "préventif". Pour M. Ahmed Iraqui, secrétaire d'Etat chargé de l'Environnement, le rôle de son Département s'articulera désormais essentiellement sur la limitation des dégâts causés par la pollution. "Nous n'avons pas les moyens pour réparer les fautes commises par les pollueurs", ajoute t-il, lors de la clôture de la cession d'étude.
Pour mettre en oeuvre le plan d'action, trois sous commissions se sont penchées les 5, 8 et 9 février sur des aspects aussi diversifiés que complexes touchant à l'environnement(1).
Les sous-commissions ont été constituées sous forme d'ateliers pour traiter de trois grands dossiers. Le premier concerne la pollution elle-même, ses nuisances et ses risques. Le deuxième dossier comprend la protection de la nature et des ressources naturelles. La troisième commission avait pour mission d'étudier le cadre juridique et la
législation en matière d'environnement. La communication, l'information et l'éducation figurent également sur le planning de cette dernière commission.

Quatre mots-clés


Aujourd'hui, quatre mots-clés animent donc la nouvelle stratégie du cabinet de M. Iraqui. Il s'agit tout d'abord de "réparer", si possible, les dommages et dégradations subis par l'environnement afin d'éviter les situations irréversibles; ensuite "corriger" les pratiques et les tendances du "développement effréné au mépris de l'environnement". Troisième mot-clé, "planifier" et construire sur la base d'un système global de prévention intégré et ce, au niveau de la conception, de la planification et de la mise en oeuvre des programmes de développement socio-économiques. Enfin, "outiller" le pays de moyens et de mesures afin de mettre en oeuvre cette politique sur la base "d'instruments fiables" d'aide à la prise de décision et à l'évaluation continue des projets et actions.
Les différents points de cette politique ont fait l'objet de plusieurs discussions au sein des commissions constituées.
Parmi les axes prioritaires figurent le cadre juridique et la sensibilisation à travers l'éducation et l'information. Pour le premier volet, il s'agit d'actualiser une législation certes existante, mais vétuste et lacunaire, ont souligné les intervenants. D'ailleurs, la refonte des textes est toujours à l'ordre du jour, de même la couverture de certains domaines prioritaires, l'intégration des engagements internationaux ou encore la mise en oeuvre de nouvelles mesures institutionnelles.
Pour ce qui est de la sensibilisation et de l'éducation, le Département en charge de l'Environnement entend mener une action "de grande envergure". Objectif: cibler les différentes tranches de la population à travers divers canaux de communication (traditionnels et modernes, y compris le multimédia et Internet). Cette action sera menée en collaboration avec les associations entre autres qui étaient fortement représentées au sein de ces commission d'étude. Le Plan quinquennal prévoit également la création d'une banque de données destinée aux ONG et d'une police spéciale pour la protection de l'environnement.
En bout de course, les différentes commissions se réuniront au sein d'un seul atelier pour la synthèse des résultats. Le but étant de sortir avec un plan d'action intégré. Ce dernier fera l'objet d'un examen et d'une validation dans le cadre d'une réunion plénière de la Commission Spécialisée "Environnement".

Abdelaziz MEFTAH


(1) Ces ateliers font suite à la réunion de la commission spécialisée tenue le 14 janvier dernier.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc