×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Plan Azur: L’impact économique du projet Mazagan

Par L'Economiste | Edition N°:1819 Le 26/07/2004 | Partager

. L’investissement devrait générer 2.000 emplois directs et 10.000 indirects. Des retombées politiques positivesAvec les 5,3 milliards de DH que le projet Mazagan va investir dans la province d’El Jadida, la construction de la station balnéaire touristique est considérée comme une aubaine, et d’une importance capitale. Une convention liant le gouvernement marocain au groupe sud-africain Kerzner International Limited, dont la signature a été présidée le 22 juillet par Driss Jettou, expose toutes les modalités d’investissement. Le consortium constitué de Kerzner, de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), la Société Maroc Emirats arabes unis de développement (SOMED) et le groupe Mutuelle agricole marocaine d’assurance/Mutuelle centrale marocaine d’assurance (MAMDA/MCMA) procédera donc, selon les termes de cette convention, à la construction de la station. “Une des plus importantes que le Maroc s’apprête à réaliser dans le cadre du Plan Azur”, indique le Premier ministre. La station permettra en effet la réalisation de 8.000 lits, dont 4.000 de capacité hôtelière sur une superficie de quelque 500 hectares. Elle comprendra des espaces d’animation et d’autres d’équipements commerciaux et de loisirs (cf. www.leconomiste.com). La première phase nécessitera un investissement de l’ordre de 2,4 milliards de DH. Pour les responsables gouvernementaux, il s’agit d’une “importante réalisation, de nature à impulser une nouvelle dynamique aux domaines économique et social de la région”. Avis partagé par certains responsables politiques au niveau de la province. Pour Khalid Elhariry, député de l’Union Socialiste des Forces Populaires (USFP), “le projet sera essentiellement un moyen de faire connaître la région, qui dispose par ailleurs d’atouts indéniables”. “Ces deux dernières années, une conjonction de projets à très fort potentiel de développement s’effectue”, explique-t-il. Il cite à cet égard la réalisation de l’autoroute qui arrivera à terme à El jadida en 2010, l’énorme potentiel industriel matérialisé notamment par la Centrale Jorf Lasfar, le complexe pétrochimique de l’Office chérifien des phosphates, ou encore l’entité de production de Centrale Laitière. A ces potentialités industrielles, s’ajoutent celles à caractère culturel. Mazagan est riche d’un passé historique et culturel transcendant les frontières.Les 2.000 emplois directs que cet investissement générera et les 10.000 indirects “redonnent de l’espoir à une nombreuse population jeune”. Elhariry ne manque pas de faire allusion à des retombées politiques positives . “Le développement économique, c’est l’espoir et le combat contre l’intolérance”, déclare-t-il. Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc