×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Pétrole/Dubaï: Reprise totale des champs offshore

Par L'Economiste | Edition N°:2336 Le 08/08/2006 | Partager

. Dubaï Petroleum Establishment succède au géant US ConocoPhilips. Après 45 ans d’exploitation, Dubaï agira librement pour accroître ses réserves L’émirat de Dubaï va prendre en avril le contrôle de ses champs de pétrole offshore d’une unité de la société US ConocoPhilips, mettant fin à 45 ans de coopération avec le géant américain. Le gouvernement de Dubaï a créé une nouvelle entité, la Dubaï Petroleum Establishment (DPE) pour prendre le contrôle des ressources pétrolières de l’émirat de la Dubaï Petroleum Company (DPC), propriété à 100% du géant pétrolier américain ConocoPhilips, indique un communiqué conjoint du gouvernement et de DPC. DPE remplacera DPC de ConocoPhilips à partir du 2 avril 2007, dans la gestion des champs pétroliers et pour toutes les affaires liées à la production de pétrole et de gaz à Dubaï, souligne le document. Les champs pétroliers offshore sont Fateh, Fateh sud-ouest, Rachid et Falah, précise-t-on de même source. La société de services pétroliers Petrofac sera responsable de la gestion des puits et des facilités pour le compte de DPE à partir du 2 avril 2007. «DPC mettra fin à son rôle d’opérateur, marquant ainsi la fin de la première concession de pétrole offshore de Dubaï et le début d’une nouvelle phase durant laquelle l’émirat de Dubaï contrôlera directement ses ressources pétrolières offshore», affirme le communiqué. DPC fait partie de Dubaï Marine Areas Limited (Duma), un consortium impliquant des intérêts du français Total, de l’espagnol Repsol et des allemands RWE Dea AG et Wintershall AG, souligne le document. «Quarante ans plus tard, il est clair que la production survivra à la période de concession de l’accord et toutes les parties estiment approprié de commencer en ce moment une transition de la gestion (de ConocoPhillips) au gouvernement» de Dubaï, a expliqué un représentant du gouvernement de Dubaï, Abdallah Abdel Karim. Le pétrole de l’émirat de Dubaï continuera à être échangé librement sur le marché international conformément à des contrats établis entre le gouvernement et DPE. Cette prise de contrôle «permettra à Dubaï d’agir librement pour accroître ses réserves pétrolières», selon la presse. La production pétrolière de Dubaï a reculé à 140.000 barils par jour en 2005 contre 350.000 b/j en 1995, selon un journal qui cite des chiffres officiels. Les réserves prouvées de Dubaï s’élèvent à 4 milliards de barils de pétrole et de 117 milliards de m3 de gaz, ajoute Al-Bayan. Les Emirats arabes unis sont actuellement le cinquième producteur de brut au sein de l’Opep avec une production de quelque 2,4 millions de barils/jour.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc