×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Pétrole cher: Pertes énormes pour les compagnies aériennes

Par L'Economiste | Edition N°:2291 Le 05/06/2006 | Partager

. Près de 3 milliards de dollars en 2006Les compagnies aériennes devraient enregistrer une perte cumulée de 3 milliards de dollars en 2006 malgré la vigueur du trafic, sous l’effet de la nouvelle flambée des prix du pétrole, a averti lundi l’Association internationale du transport aérien (IATA).L’IATA tablait jusqu’à présent sur des pertes cumulées de 2,2 milliards de dollars pour ses 265 compagnies membres (94% du trafic aérien international), après une perte de 3,2 milliards de dollars en 2005. Lors de l’ouverture de son assemblée générale annuelle, qui se tient à Paris lundi et mardi 6 juin, l’IATA a relevé cette prévision en raison d’une facture carburant attendue à 112 milliards de dollars cette année, contre 91 milliards en 2005, soit 26% des coûts d’exploitation du secteur. 2006 s’annonce ainsi comme la 6e année consécutive de perte pour le transport aérien, malgré les efforts entrepris sur le front des coûts. Depuis 2001 et les attentats du 11 septembre qui avaient plongé le secteur dans la crise, le déficit cumulé atteint déjà 40,7 milliards.«Nous commençons à voir la lumière au bout d’un tunnel de 5 ans. Depuis 2001, la productivité du travail a augmenté de 33%, nos coûts de ventes et de distribution ont baissé de 10% et nos coûts totaux hors carburant ont reculé de 13%. Nous sommes en voie de devenir une industrie low cost», a fait valoir le DG de l’IATA, Giovanni Bisignani. «Nos efforts ont fait passer le point d’équilibre du secteur d’un prix moyen du baril de pétrole de 14 dollars à 50 dollars», a-t-il souligné. Mais «le pétrole reste l’inconnue majeure. Nous courons après la hausse des prix, qui nous vole notre rentabilité», a-t-il commenté. En 2006, l’IATA prévoit un prix moyen du baril à 66 dollars. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc