×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Pertes historiques pour Vodafone

Par L'Economiste | Edition N°:2287 Le 31/05/2006 | Partager

. Elles s’élèvent à 32,22 milliards d’euros, l’une des plus importantes au mondeLe groupe de téléphonie mobile britannique Vodafone a annoncé le 30 mai une perte annuelle nette de 21,9 milliards de livres (32,22 milliards d’euros), l’une des plus importantes jamais enregistrée dans le monde. Le groupe avait dégagé un bénéfice de 6,41 milliards de livres l’année précédente. Sous pression des actionnaires, Vodafone a annoncé son intention de supprimer des emplois et dans le même temps de davantage rémunérer ses actionnaires en leur versant neuf milliards de livres, au lieu des six annoncés précédemment, une cagnotte alimentée par la vente en début d’année de ses activités japonaises. La perte annoncée provient d’une dépréciation d’actifs de 23,5 milliards de livres, en particulier ceux de Mannesmann acquis en 2000 en Allemagne pour la somme colossale de 112 milliards de livres, ainsi que d’autres en Italie. Vodafone avait annoncé dès février que cette dépréciation pourrait atteindre 28 milliards de livres. Hors ces dépréciations, le résultat avant impôt progresse de 12,3% à 8,793 mds de livres, et le bénéfice net de 6,8% à 6,33 mds de livres. Le chiffre d’affaires a augmenté de 10,01% à 29,35 mds de livres. Par ailleurs, Vodafone a enregistré 21,5 millions de nouveaux clients net l’an dernier, à 170,6 millions. Le directeur général du groupe Arun Sarin a dévoilé une nouvelle stratégie financière pour le groupe, avec un ratio dividende/bénéfice de 60%, soit 10 points de plus qu’auparavant, «pour refléter l’équilibre entre marchés matures et de croissance à l’intérieur du groupe». Vodafone a indiqué également qu’il allait supprimer des emplois, notamment 400 à son siège de Newbury en Angleterre, et d’autres en Allemagne. Le groupe va par ailleurs externaliser certaines fonctions informatiques, réduisant ainsi de 25 à 30% dans les 3 à 5 ans une facture annuelle de 560 millions de livres. Vodafone va également centraliser la chaîne d’approvisionnement au niveau du groupe, ce qui devrait réduire de 8% dans les deux ans la dépense annuelle de 3,3 milliards de livres et rassembler certains centres de données régionaux pour économiser quelque 100 millions supplémentaires. Vodafone a indiqué par ailleurs qu’il avait l’intention de réduire ses acquisitions dans le monde, annonçant «un abaissement du niveau des fusions acquisitions à l’avenir». Le groupe, pressé enfin de vendre ses 45% dans l’américain Verizon Wireless, a indiqué «qu’il chercherait à optimiser son portefeuille d’actifs et ses ventes d’actifs». Pour le moment, Arun Sarin s’est dit «très content» de cette participation. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc