×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Permis et carte grise deviennent magnétiques fin 2004

Par L'Economiste | Edition N°:1619 Le 09/10/2003 | Partager

. Le ministère du Transport entame une mise à niveau musclée des centres immatriculateurs . Tout y passe: la formation, informatisation, restructuration… . Objectif: accompagner le projet du e-gouvernementL'électronique emboîtera-t-elle le pas à la version papier? En tout cas, le département de l'Equipement et du Transport s'y attelle. Il vient de mettre en place un plan d'actions s'inscrivant dans le cadre plus global de l'Administration en ligne (e-gouvernement). Ainsi, au sein des principaux centres immatriculateurs, la tendance générale est à l'informatisation des procédures. Et aussi l'amélioration de la qualité de service, des conditions et délais de traitement des documents. L'intérêt est d'aboutir à une simplification des procédures et démarches administratives. A terme, l'objectif est de parvenir à une dématérialisation des opérations d'octroi de permis de conduire et de la carte grise de véhicules.Concrètement, des actions d'informatisation des cartes grises et des permis de conduire ont déjà été mises en place. Et ce, dans les principaux centres d'immatriculation (Casa-Nord, Casa-Sud, Rabat, Salé, Témara, Marrakech, Agadir, Fès…). Des résultats tangibles ont pu être relevés notamment au Centre Casa-Anfa. Désormais, les nouveaux délais de retrait de la carte grise passent à 48 heures (à compter de la date de dépôt du dossier), alors qu'auparavant, cette opération nécessitait un mois. Les professionnels sont plus avantagés. Ils peuvent retirer leur document le jour même, soit en moins de 24 heures.Passé ce cap, la prochaine étape consiste à mettre au point le système de permis et cartes grises magnétiques. Un projet qui sommeille depuis longtemps dans les tiroirs du ministère de tutelle. Des comités viennent d'être mis en place pour la finalisation des détails techniques. Deadline annoncé: fin 2004, début 2005. “Ce nouveau système permettra d'assurer plus de traçabilité dans la mesure où la puce contiendra l'ensemble du casier judiciaire du conducteur, dossier médical, papiers du véhicule…”, souligne un cadre du département du Transport. Un appel à manifestation d'intérêt vient d'être lancé pour la gestion du nouveau système magnétique.Autre action en cours de finalisation, l'automatisation du système d'examen des permis de conduire. Pour ce futur projet, “le candidat aura à répondre à des questions à choix multiples. Et ce, par le biais d'une commande à distance”, est-il indiqué (cf. www.leconomiste.com). Des équipements audiovisuels en arabe, français et dialectes ont été conçus à cet effet. “Plusieurs essais ont été effectués pour évaluer le bien-fondé de ce nouveau système en prenant en considération la population analphabète”, indique le responsable d'un centre immatriculateur. Lors de l'examen, “c'est l'outil informatique qui évalue l'aptitude du candidat sans aucune intervention humaine”, ajoute-t-il. L'intérêt étant d'arriver à terme à réduire les accidents de circulation. Ce système sera opérationnel vers fin 2004, selon les estimations. Quant à la nouvelle configuration des examens pratiques de conduite, elle comprendra deux types de tests et ce, dans un circuit mixte, en agglomération et hors-agglomération. “Ce qui permettra d'évaluer dans des conditions réelles les aptitudes des conducteurs”, est-il précisé. Autre projet dans le pipe, le système de permis à points, qui est toujours en cours d'étude. La finalité de ce système, selon un cadre du département de tutelle, est d'établir un système de permis qui ne serait plus permanent tel qu'il est encore aujourd'hui. Résultat, les contrevenants doivent s'attendre à des sanctions pouvant aller jusqu'au retrait périodique ou définitif du permis de conduire. Un système qui aurait certainement un impact positif sur les méthodes de conduite au Maroc. Outre l'informatisation des centres d'immatriculation (CI) et le passage au système magnétique, d'autres projets de mise à niveau sont également à l'ordre du jour. Parmi ces derniers, figurent la mise en place d'un système d'archivage des données et la formation continue du personnel (accueil, communication, informatique…). A cela viennent s'ajouter la nomination de nouveaux chefs de centres selon des critères rationnels et la réfection des locaux des centres qui sont souvent dans un état de délabrement. Beaucoup de travail en perspective.


Périodes de pic

Ce sont près de 60 centres immatriculateurs (CI) qui sont dispatchés à travers le Maroc. Les plus importants d'entre eux sont basés dans les grandes villes et effectuent le plus gros des opérations. A lui seul, le centre de Casa-Nord traite en moyenne 500 dossiers de carte grise par jour (duplicata, immatriculation, échange, mutations…). Quant aux permis de conduire, une centaine de documents y sont traités au quotidien. Selon les responsables, les périodes de pic restent celles des mois de juillet, août, septembre avec le retour des MRE, “le principal des transactions se fait durant cette période-là suivie de la fin d'année”. Fin décembre et début janvier représentent une période prisée pour l'acquisition de véhicules neufs et de mutation de cartes grises des professionnels, ajoute-t-on au centre de Casa-Nord.Amin RBOUB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc