×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Pêche: Un système d'inventaire pour renforcer le contrôle

Par L'Economiste | Edition N°:1707 Le 18/02/2004 | Partager

. Les unités de congélation et les distributeurs visés Le ministère des Pêches maritimes multiplie les actions pour améliorer le contrôle de la pêcherie, notamment durant la période du repos biologique. Dernière mesure en date: la mise en place d'un système d'inventaire pour les unités de congélation et les distributeurs des espèces de poisson interdites de pêche. Cette disposition a été inscrite sur le texte adopté au Parlement lors de sa dernière session. Il ne reste plus que sa publication au Bulletin Officiel. Les unités de congélation et de commercialisation ainsi que les distributeurs sont les premiers à être visés par cette nouvelle disposition. Le texte impose aux premières d'établir un inventaire au début de chaque période biologique. L'objectif est de contrôler toute augmentation du stock des espèces de poisson concernées par l'interdiction de pêche. Les propriétaires des unités de congélation devront tenir des registres regroupant les espèces de poisson pêchées, leur provenance et la quantité du stock existant et celles vendues au moment de l'entrée en vigueur de la mesure d'interdiction de pêche. C'est le délégué du ministère qui devra s'assurer de la fiabilité des informations et disposer de registre établi par les unités de congélation en cas de contrôle inopiné. Les distributeurs devront produire des factures pour la fiabilité de la marchandise à l'export. Les infractions commises par les responsables des unités de congélation ou encore par les contrevenants qui ne respectent pas les dispositions du repos biologique, seront sévèrement sanctionnées. L'amende pourra atteindre 1.000.000 de DH et une peine de prison de 3 mois sera infligée à toute personne qui n'a pas établi son inventaire à l'approche de la période du repos biologique. De plus, la sanction serait même maximale et peut aller jusqu'au retrait définitif de la licence. Rappelons qu'en 2002, les quantités autorisées à la pêche ont atteint plus de 80.000 tonnes pour les trois segments, à savoir la pêche hauturière, côtière et artisanale. Des chiffres nettement supérieurs au niveau d'alerte établi par les responsables de l'Institut national des recherches halieutique (INRH). Lesquels ont recommandé que ce volume ne dépasse pas 50.000 tonnes compte tenu des ressources existantes. Nabil BOUBRAHIMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc