×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Parlement: SM le Roi ouvre aujourd'hui la session d'automne

Par L'Economiste | Edition N°:613 Le 11/10/1999 | Partager


· Le premier Discours du Souverain devant le Parlement est très attendu
· Le Premier ministre fera une déclaration de politique devant les deux Chambres


C'est aujourd'hui vendredi que S.M. le Roi ouvre la session d'automne du Parlement. Ce rendez-vous, très attendu, marque la véritable rentrée politique au Maroc. C'est sous le signe du changement que la session démarre.
Conformément à l'article 40 de la Constitution révisée en 1996, c'est S.M. le Roi qui préside la séance d'ouverture du Parlement. Le Souverain prononcera Son premier Discours devant les parlementaires et les membres du gouvernement réunis. Ses orientations constitueront un véritable tableau de bord pour le prochain exercice législatif.
Tout se met en place pour ce rendez-vous. C'est ainsi que M. Mohamed Bouzoubâa, ministre des Relations avec le Parlement, a donné une conférence de presse le mardi 6 octobre. Pour lui, il s'agit de communiquer le bilan de l'activité législative depuis l'installation du gouvernement d'alternance. "Ce bilan est satisfaisant", a assuré le ministre qui a parlé exclusivement en arabe.
Depuis avril 1998, l'équipe de M. Abderrahman Youssoufi a présenté 46 projets de loi, dont 32 ont été adoptés: 25 à l'unanimité et 7 à la majorité. Le gouvernement a par ailleurs répondu à 1.653 questions orales et 2.561 questions écrites.
Selon M. Bouzoubâa, les mécanismes du bicaméralisme sont maintenant rodés. En témoigne le respect du délai de l'examen du projet de Loi de Finances 1999-2000. L'expérience des deux Chambres est un signe de démocratie, a-t-il dit. Elle responsabilise davantage le gouvernement devant les deux instances législatives. Le retard enregistré dans l'adoption de certains textes est dû à leur technicité et non pas à leur passage par les deux Chambres, argumente-t-il. Pour accélérer le travail législatif, le ministre propose de réviser les spécialités de chaque Chambre.
Pour cette rentrée parlementaire, le programme de l'équipe Youssoufi compte 13 projets de lois, dont 9 vont être présentés au cours de la première semaine de l'ouverture. A commencer par le Code de Douane sur lequel planche déjà la Commission des Finances et du Développement Economique de la Chambre des Représentants.
Le Code du Travail fera aussi son entrée au Parlement cet automne. "Nous ne pouvons plus attendre. Le Maroc doit avoir une nouvelle législation de travail pour le début de l'année prochaine", insiste M. Bouzoubâa.
Egalement attendus pour cette session le projet des juridictions financières, le Plan quinquennal, la réforme du Code Pénal et celle du Dahir sur les libertés publiques.
Autre innovation pour cette rentrée, M. Youssoufi fera une déclaration devant les parlementaires. C'est le deuxième discours du Premier ministre au Parlement après celui de l'investiture il y a plus d'un an et demi. Selon M. Bouzoubâa, M. Youssoufi passera en revue "la politique générale du gouvernement et les projets à court terme dans les domaines économique et social".
Ce samedi 9 octobre, les députés sont invités à élire les structures nécessaires à leur travail.
Le grand mal dont souffre le Parlement reste incontestablement l'absentéisme de ses membres. Selon M. Bouzoubâa, sur 970 questions orales, les ministres se sont absentés sur 14. Les députés en ont manqué 20.

.

Le Parlement enfile son habit de fête


C'est le grand ménage aux alentours du Parlement à Rabat. Il y a plusieurs jours, les diplômés chômeurs, qui campaient devant la porte principale, ont plié leurs bivouacs. Fini le sit-in.
L'entrée de derrière s'est transformée ces derniers temps en un petit chantier. Sous l'oeil vigilant des agents de sécurité, des maçons s'activaient pour poser les carreaux sur le sol. Le soir, la façade du Parlement brille de mille feux.
A l'intérieur de l'enceinte, on dépoussière les tapis et les canapés rouges. Le grand travail va commencer. Comme la dernière fois, les organisateurs ont prévu des sièges tout au long des travées de la salle des séances plénières. C'est la formule retenue en attendant le déménagement de la Chambre des Conseillers.

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc