×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Parc industriel: Un îlot français à Bouskoura

Par L'Economiste | Edition N°:457 Le 05/03/1999 | Partager

Les lots de terrain et les locaux prêts à l'emploi du projet de parc industriel de Bouskoura seront exclusivement à louer. Le projet, piloté par la CFCIM, permettra l'installation d'une centaine d'entreprises pour un investissement de près de 2 milliards de DH.


Bouskoura a été choisie pour une expérience-pilote. En effet, le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat (MCIA) met la dernière touche pour réaliser dans cette commune rurale un projet de parc industriel. Ce projet sera piloté par la Chambre Française de Commerce et d'Industrie du Maroc (CFCIM), en partenariat avec la Chambre de Commerce et d'Industrie de Rouen. Le coût de l'aménagement est estimé à 100 millions de DH. La procédure d'acquisition du terrain de près de 28 ha est engagée. Une convention précisant les engagements de chaque partenaire est en cours de finalisation.
Les promoteurs du projet prévoient la création d'une société chargée de l'aménagement, de la gestion et de la commercialisation du parc qui comprendra la CFCIM, l'Agence Française de Développement et Proparco. Le tour de table sera étendu à des banques marocaines et à la Commune Rurale de Bouskoura.
Selon le MCIA, "la commune devient partenaire à part entière du projet à travers la rétrocession du terrain à la CFCIM à hauteur de 75% de son prix et en apportant les 25% restants comme participation au capital de la société" qui sera créée.

Pour ce département, cette opération aura à coup sûr un effet d'entraînement. "Le but est de réaliser un parc industriel de référence qui servira de modèle à d'autres initiatives", note une fiche du Ministère. Il s'agit de susciter l'intérêt chez d'autres chambres de commerce étrangères présentes au Maroc. Des chambres régionales peuvent aussi suivre l'exemple en initiant des projets similaires.
La projet est d'autant plus original qu'il limite exclusivement à la location de longue durée les lots de terrain ou les locaux prêts à l'emploi.
Cette formule vise à éviter les opérations de spéculation courantes dans les zones industrielles classiques.
Autre particularité, le parc sera ouvert à des entreprises françaises et maroco-françaises.
Le Ministère table sur l'installation d'une centaine pour un investissement de plus de 2 milliards de DH. Et à la clef, la création de 6.000 emplois.
Pour l'heure, "onze sociétés étrangères, fournisseurs de SGS Thomson, ont déjà manifesté leur intérêt à s'installer dans le futur parc", indique le Ministère.

Prise en charge du hors-site


L'Etat mettra la main à la poche en prenant en charge les infrastructures hors-site dont le coût est estimé à 12,2 millions de DH. L'impact est équivalent à 70 DH le m2 vendable. Cet appui du Ministère de l'Economie et des Finances vise à tirer vers le bas le prix du terrain pour les mettre à la disposition des investisseurs.
Rappelons que le parc industriel de Bouskoura sera réalisé sur un terrain collectif de 28 ha situé le long de la route RS 109 l reliant Casablanca à l'aéroport Mohammed V.
Au Sud, le parc est adossé à la limite de la Commune Rurale d'Ouled Salah.o


Le secteur privé impliqué


Le Ministère du Commerce, de l'Industrie et de l'Artisanat (MCIA) compte mettre en place quatre parcs industriels avec le secteur privé. Deux sont déjà sur les rails. Les premières attributions interviendront avant l'an 2000 pour Tanger.


Le terrain constitue un obstacle majeur pour les investisseurs. Afin de contourner cet obstacle, le MCIA a mis en place une stratégie d'aménagement de l'infrastructure industrielle impliquant le secteur privé. Un programme dit "prioritaire" prévoit la création de quatre parcs industriels. L'opération est déjà lancée. Cette stratégie repose sur un partenariat Administration-secteur privé. Ce dernier est chargé de réaliser les équipements in situ et concevoir une structure de promotion. Cette structure doit assurer la gestion et la maintenance des parcs. L'objectif est d'attirer les investisseurs avec une assistance pour leur installation.
Pour le Ministère, ces quatre nouveaux pôles industriels auront un impact positif sur le développement économique et social. Ainsi, le site de Tanger englobe une zone normale sur une superficie de près de 100 ha et une zone franche d'exportation de 345 ha. Ce site devra accueillir 1.900 entreprises pour un investissement de l'ordre de 2 milliards de Dollars, soit environ 20 milliards de DH; et permettre la création de 70.000 emplois à terme.
Le deuxième site est situé à Nouaceur, près de Casablanca, sur une superficie de 256 ha. Selon les prévisions, ce parc abritera environ 900 entreprises pour un investissement de près de 1,5 milliard de Dollars. Plus de 55.000 emplois seront créés.

Un consortium, composé notamment de la BCM, la SNI, la CAA et la RMA, a créé deux sociétés chargées de réaliser les deux projets. Il s'agit de Tanger Free Zone destinée à l'aménagement de la zone franche d'exportation de Tanger. Ce projet avance à un rythme soutenu, est-il précisé. Selon le Ministère, les premières attributions de locaux auront lieu avant l'an 2000. Quant au parc industriel de Nouaceur, il sera réalisé par la Société d'Aménagement du Parc Industriel de Nouaceur (SAPINO), créée donc pour l'opération par le même consortium.
Autre projet dans le pipe-line, le parc industriel de Jorf Lasfar. Située sur un terrain d'une superficie de 145 ha, cette infrastructure devra accueillir environ 500 entreprises pour un investissement de 9 milliards de DH. Le parc constituera la première zone qui abritera des industries dites à pollution maîtrisée.
Le dernier projet est prévu à Béni Nsar près de Nador où plus de 1.200 entreprises pourront s'y installer. L'investissement projeté sera de l'ordre de 1,5 milliard de Dollars.
Pour ces deux derniers projets, le Ministère poursuit les consultations avec les développeurs potentiels.



Services multiples


Selon le MCIA, un parc industriel est un espace planifié en fonction des besoins du développement industriel et des attentes des investisseurs.
Le département compte mettre à leur disposition des lots dotés des équipements nécessaires pour l'installation et le fonctionnement des unités industrielles (eau, électricité, assainissement, voiries, télécoms).
En d'autres termes, il s'agit de construire des bâtiments prêts à l'emploi et mettre en place un ensemble de services d'accompagnement. La gamme des services est large. Elle peut aller du traitement des rejets à la maintenance des machines (afin de réduire le temps d'arrêt) et à la mise en relation d'affaires en passant par la télésurveillance et la collecte des ordures. Ces services peuvent s'étendre au transport en commun, à la restauration et à l'intermédiation au profit des entreprises, particulièrement pour leur faciliter les démarches administratives.

Mohamed CHAOUI


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc