×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Palestine: Le Hamas tend la main au Fatah

Par L'Economiste | Edition N°:2209 Le 08/02/2006 | Partager

. Le mouvement islamique poursuit ses discussions au CaireLE Hamas va proposer au Fatah de participer au gouvernement palestinien qu’il s’apprête à former après sa victoire aux législatives, ont annoncé les responsables du mouvement islamiste qui mènent des négociations au Caire. «Nous allons nous asseoir avec eux et nous leur proposerons officiellement de participer au gouvernement», a déclaré Ismaïl Haniyeh à l’issue d’une rencontre lundi 6 février avec le chef des services de renseignements égyptiens Omar Souleimane. «Nous attendrons la réponse officielle que donnera la direction du Fatah», a ajouté Haniyeh. Plusieurs dirigeants du Fatah se sont d’ores et déjà déclarés hostiles à une cohabitation avec le Hamas, qui a remporté les élections du 25 janvier, mais le Fatah n’a pris aucune décision formelle à ce sujet jusqu’à présent. Le président Mahmoud Abbas, en visite au Koweït, s’est refusé mardi 7 février à réagir à une éventuelle participation de son mouvement au prochain gouvernement, affirmant que les instances dirigeantes du Fatah se prononceraient sur la question. Un membre du comité central du Fatah, Nabil Chaath, a déclaré que «jusqu’à présent une majorité est contre l’idée de se joindre à un tel gouvernement», a-t-il ajouté, tout en soulignant que le Fatah «ne fuira pas ses responsabilités vis-à-vis du peuple» palestinien. Moussa Abou Marzouk, dirigeant du Hamas qui participe aux discussions du Caire, a indiqué de son côté que le programme du Hamas était clair, celui-là même avec lequel il a mené sa campagne électorale. «Nous voulons un gouvernement d’union nationale», a expliqué Abou Marzouk, précisant que le dialogue restait ouvert avec le Fatah pour atteindre ce but. Selon Haniyeh, la délégation du Hamas, qui regroupe des dirigeants en exil comme Khaled Mechaal et des représentants venus des territoires palestiniens, a également abordé avec Souleimane «les pressions internationales et les menaces de couper l’aide au peuple palestinien». La délégation du Hamas devait s’entretenir mardi 7 février avec le secrétaire général de la Ligue arabe Amr Moussa et le conseiller du président égyptien Hosni Moubarak, Oussama al-Baz.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc