×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Palestine: Bientôt un nouveau gouvernement

Par L'Economiste | Edition N°:1609 Le 25/09/2003 | Partager

. Il comporterait 24 ministres dont 15 du Fatah Après deux semaines de tractations, le Premier ministre palestinien désigné, Ahmad Qoreï, s'apprête à annoncer la composition d'un nouveau gouvernement, Israël et les Etats-Unis ayant fait de son indépendance par rapport à Yasser Arafat un facteur déterminant pour son succès. Selon des responsables du Fatah, le principal mouvement palestinien et des sources proches de Qoreï, l'annonce de la composition du gouvernement, qui doit obtenir l'approbation du Parlement, pourrait intervenir dès jeudi ou au plus tard au début de la semaine prochaine. Le cabinet de Qoreï (Abou Alaa), qui a succédé au Premier ministre démissionnaire, Mahmoud Abbas, devrait compter 24 ministres, dont 15 issus du Fatah, dirigé par le président de l'Autorité palestinienne, Yasser Arafat, selon les mêmes sources. Soucieux d'élargir la base de son gouvernement, Qoreï devrait nommer pour la première fois un ministre du Front démocratique de la libération de la Palestine (FDLP), pourtant opposé aux accords d'Oslo sur l'autonomie palestinienne. D'autres formations de l'OLP comme le Parti du Peuple (ex-communiste), le mouvement Fida et le Front de lutte populaire seront également représentés. Qoreï devra également injecter du sang neuf dans l'exécutif palestinien, en faisant appel à de jeunes députés du Fatah au Conseil législatif palestinien, notamment Kadoura Farès, Hatem Abdel Kader et Dalal Salamah. Des doutes persistent toutefois sur l'identité du futur titulaire du portefeuille-clé de l'Intérieur, bien que le nom de Nasser Youssef, un général jadis proche d'Arafat, soit souvent cité. Le maintien au gouvernement du ministre sortant en charge des Affaires de sécurité, Mohamad Dahlane, paraît aussi incertain, sa nomination au sein du gouvernement sortant d'Abbas ayant suscité des grincements de dents au sein du comité central du Fatah. Confronté avant même son entrée en fonction à des appels croissants d'Israël et des Etats-Unis de combattre les groupes armés palestiniens, notamment le Hamas et le Jihad islamique, Qoreï accorde une importance particulière aux portefeuilles liés à la sécurité. Pour espérer relancer l'application du dernier plan de paix dit de la feuille de route, Qoreï devra en effet obtenir l'arrêt des attentats anti-israéliens, tout en évitant un choc frontal avec les radicaux. (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc