×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Pacte de stabilité: Berlin aura le même traitement que Paris

Par L'Economiste | Edition N°:1630 Le 24/10/2003 | Partager

. L'Allemagne bénéficiera aussi d'un délai jusqu'à 2005 pour équilibrer son déficitL'Allemagne va, comme la France, enregistrer l'an prochain un déficit public supérieur au seuil maximal de 3% du PIB fixé par le pacte de stabilité. Et ce, pour la troisième année consécutive, a pour la première fois reconnu jeudi 23 octobre le ministre des Finances, Hans Eichel. “Il est clair que l'an prochain, nous ne tiendrons pas les 3% puisque nous ne devrions pas parvenir à une croissance de 0,75% cette année et de 2% l'an prochain”, a admis Eichel au cours d'une conférence de presse à Berlin. Le gouvernement s'était jusqu'à présent engagé à ramener son déficit public à 3% du PIB l'an prochain. Mais de nombreux experts et instituts de conjoncture avaient indiqué tabler sur un niveau supérieur en raison de la mauvaise conjoncture. “Nous devons donc tout faire pour parvenir évidemment sous les 3% en 2005”, a souligné le ministre social-démocrate, en rappelant que la Commission européenne avait fait cette concession à la France, tout en lui demandant des efforts budgétaires supplémentaires. Bruxelles a en effet donné mardi 21 octobre à la France jusqu'à 2005 pour ramener son déficit public dans les limites autorisées par le pacte. Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pedro Solbes, avait alors indiqué que l'Allemagne bénéficierait du “même traitement” que la France. Hans Eichel a en outre reconnu que le déficit public serait cette année “supérieur à 4%” du PIB. Il a refusé de fournir un chiffre précis mais, selon la presse, il devrait être de 4,3% du PIB.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc