×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

PAC: La France pourrait appliquer la réforme avant 2007

Par L'Economiste | Edition N°:1657 Le 08/12/2003 | Partager

. C’est un souhait officieux mais réel de certains responsables agricoles“Si les organisations professionnelles agricoles souhaitent anticiper sur la réforme de la politique agricole commune (PAC), le gouvernement n’y est pas opposé”: ces mots de Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre, devant l’Assemblée générale de la Confédération française de la Coopération agricole traduisent des souhaits encore officieux, mais bien réels de certains responsables agricoles. Le sentiment général est que rien n’est pire que l’incertitude. Or la réforme de la Pac laisse une telle marge de manoeuvre aux pays membres que nul ne sait aujourd’hui à quelle sauce il sera mangé ni à quelle échéance. Dans ces conditions, il faut faire vite. Le ministre de l’Agriculture décidera avant la fin 2003 à quelle date la France est prête à appliquer le découplage des aides et de quelle manière dont il sera adapté à chaque production. Hervé Gaymard consulte actuellement les professionnels sur la question. En fait, la réforme laisse à chaque pays la possibilité de choisir entre 2005, 2006 ou 2007, mais 2005 semble recueillir de nombreux suffrages. Il faut bien comprendre, dit-on à la FNSEA qu’on entre dans un système inconnu: jamais encore on n’a dit à un agriculteur qu’il garde son produit s’il ne trouve pas preneur et qu’il encaisse son aide forfaitaire, explique le syndicat. Personne ne sait comment cela va s’appliquer, comment un bailleur va opérer avec son fermier, si un agriculteur préfèrera continuer de toucher cette aide forfaitaire, plutôt que de prendre sa retraite lorsqu’elle est moins intéressante, dans quelles conditions un exploitant peut céder “ce droit” à paiement forfaitaire, etc... Ces multiples questions sans réponse enlèvent toute visibilité à l’exercice du métier d’agriculteur et il faut donc faire vite. Des groupes de travail ont été créés dans ce sens au ministère et chez les professionnels.Synthèse L’Economiste

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc