×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    P.-O: La libération de Barghouthi n’est pas d’actualité

    Par L'Economiste | Edition N°:2163 Le 02/12/2005 | Partager

    . Le leader du Fatah a écopé de 5 peines de prison à vieLa libération de Marwan Barghouthi, un chef très populaire de l’Intifada et du mouvement palestinien Fatah emprisonné en Israël, n’est pas d’actualité, a déclaré jeudi 1er décembre le Premier ministre israélien, Ariel Sharon. “Cette question n’est pas d’actualité”, a affirmé Sharon, répondant à un journaliste à Tel-Aviv qui lui demandait s’il avait l’intention de libérer ce responsable palestinien derrière les barreaux depuis avril 2003. Considéré comme l’un des principaux inspirateurs de la seconde Intifada qui a débuté fin septembre 2000, Barghouthi a été condamné le 6 juin 2004 à cinq peines de prison à vie par un tribunal israélien qui l’a reconnu coupable d’implication dans quatre attentats meurtriers. En dépit de ces lourdes peines, un ministre israélien n’a pas exclu, la semaine dernière, que Marwan Barghouthi soit un jour libéré dans le cadre d’un accord de paix avec les Palestiniens. “En politique, il ne faut jamais dire jamais”, avait affirmé à la radio publique le ministre des Transports, Meïr Shetrit. “Si nous parvenons avec les Palestiniens à un accord de paix final, que le terrorisme cesse et qu’un calme total règne, une grâce pourrait être  envisageable”, a affirmé Shetrit, qui a rejoint Kadima, le nouveau parti de Sharon. Le ministre israélien des Affaires étrangères, Sylvan Shalom, a en revanche, récemment, exclu la libération de Barghouthi. “Il est hors de question de libérer un assassin qui a du sang sur les mains et a été dûment condamné par un tribunal. Il restera en prison jusqu’à la fin de sa vie”, a dit Shalom samedi dernier.Vendredi dernier, lors des primaires du Fatah en Cisjordanie, Marwan Barghouthi, avait recueilli la majorité des suffrages (96%).Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc