×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

P.-O.: Comment Washington encourage la construction du «mur de la honte»

Par L'Economiste | Edition N°:1624 Le 16/10/2003 | Partager

. Un projet de l'ONU condamne la “ligne de sécurité” érigée par Israël. Mais les Etats-Unis trouvent le texte “pas assez équilibré!”S'il y a une position qui ne change pas, c'est bien celle des Etats-Unis et de leur traditionnel allié: Israël. Washington vient encore une fois de le confirmer sur la question de la “ligne de sécurité” en Cisjordanie. Les Etats-Unis ont mis leur veto au Conseil de sécurité de l'ONU à un projet de résolution condamnant la construction de ce mur par Israël. Ce projet, déposé par la Syrie au nom du Groupe arabe, a obtenu 10 voix sur les quinze membres du Conseil, une de plus que la majorité minimum requise. Mais il a été bloqué par le veto américain. Quatre pays, -l'Allemagne, la Grande-Bretagne, la Bulgarie et le Cameroun- se sont abstenus lors du vote. Le texte qualifiait la ligne de sécurité israélienne d'”illégale aux termes de la loi internationale” et demandait que sa construction soit “arrêtée et inversée”.Bien entendu, Israël est “satisfait” du veto imposé par les Etats-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU à un projet de résolution condamnant la construction d'une “ligne de sécurité” en Cisjordanie, a indiqué mercredi un haut responsable israélien. “Le fait que des pays européens tels que l'Allemagne et la Grande-Bretagne se soient abstenus durant le vote, illustre un changement dans un sens positif”, a ajouté ce responsable.L'ambassadeur américain John Negroponte a justifié son recours au veto en affirmant que le texte présenté “n'était pas équilibré et ne condamnait pas le terrorisme en termes explicites”. C'est la 78e fois que les Etats-Unis bloquent le passage d'un projet de résolution condamnant Israël au Conseil de sécurité. Outre la condamnation du “mur”, le projet de résolution réaffirmait l'opposition du Conseil de sécurité “à toutes les activités de colonisation dans les territoires occupés et toutes les activités impliquant la confiscation de terres et leur annexion de fait”. Lors du débat public au Conseil mardi, nombre de pays étaient intervenus pour condamner l'ouvrage israélien en estimant qu'il complique la recherche d'une solution pacifique au conflit israélo-palestinien.La plupart de la quarantaine d'orateurs qui ont pris part au débat public du Conseil avaient relevé, comme l'ambassadeur de France Jean-Marc de La Sablière, “l'importance vitale” de la question du “mur” “pour l'avenir du règlement israélo-palestinien”. “Il est de la responsabilité du Conseil, avait déclaré J.-M. de La Sablière, de réagir par l'adoption d'une résolution qui marque son opposition à la construction du mur selon le tracé choisi, tracé illégal au regard du droit international et dont les conséquences humanitaires et politiques sont gravissimes et inadmissibles”.La ligne de sécurité doit s'étendre sur 430 km et englober 80% des quelque 231.000 colons de Cisjordanie, sans compter les quelque 200.000 Israéliens installés à Jérusalem-est occupée et annexée depuis 1967.(Avec AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc