×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

P.-O.: Accord en vue entre les factions palestiniennes?

Par L'Economiste | Edition N°:2301 Le 20/06/2006 | Partager

. Formule définitive d’ici 2 joursLES factions palestiniennes s’efforçaient lundi 19 juin d’aplanir leurs dernières divergences en vue de conclure un accord d’»entente nationale» censé mettre fin à la crise politico-financière dans les territoires. Des représentants des différents mouvements, notamment le Fatah du président Mahmoud Abbas et le Hamas du Premier ministre Ismaïl Haniyeh devaient se retrouver dans la soirée pour finaliser un accord scellant un 2e round de «dialogue national» qui expire en principe mercredi 21 juin. Les discussions portent sur un document dit «d’entente nationale», élaboré par des cadres de mouvements palestiniens détenus en Israël et qui contient une reconnaissance implicite de l’Etat hébreu, jusqu’ici rejetée par le Hamas. Si ce document n’est pas adopté par les factions, Abbas le soumettra à un référendum, qu’il a d’ores et déjà convoqué pour le 26 juillet, au grand dam du Hamas qui voit en ce scrutin une tentative de court-circuiter le gouvernement islamiste. «Le dialogue se poursuit avec le plus grand sérieux en vue de parvenir à des ententes sur certains points du document des prisonniers», a déclaré Haniyeh à la presse lundi. «Nous sommes plus proches que jamais d’un accord sur les points qui continuent de faire l’objet de divergences. Nous espérons parvenir à une formule définitive dans les 2 prochains jours», a pour sa part déclaré le porte-parole du gouvernement issu du Hamas, Ghazi Hamad. Selon Ibrahim Abou Al-Naja, responsable d’un organisme qui chapeaute les mouvements nationalistes et islamistes, les divergences persistantes portent sur la suprématie de l’Organisation de libération de la Palestine, les négociations avec Israël et l’acceptation d’un futur Etat dans les frontières de 1967 comme prévu par les résolutions internationales et arabes. Le gouvernement issus du Hamas refuse de se plier aux exigences de la communauté internationale, la reconnaissance d’Israël et l’abandon de la lutte armée. Pour faire pression sur le Hamas, les Etats-Unis et l’UE ont suspendu leurs aides financière directes à l’Autorité palestinienne, qui n’a pas été en mesure de payer les salaires de la plupart de ses 160.000 fonctionnaires depuis 4 mois.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc