×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    ONE: Des marchés pour 9 milliards de DH

    Par L'Economiste | Edition N°:3514 Le 22/04/2011 | Partager
    Le programme a été exposé au cours d’une rencontre à la CGEM
    La Fédération du commerce et services invitera également l’ONDA, Marsa Maroc, OCP…

    Le programme d’achats de l’Office national d’électricité, qui s’élève à 9 milliards de DH hors taxes (hors combustibles et hors énergie), se décline en achats pour les centrales, fournitures de réseaux, acquisition de pièces de rechange, services…

    LA Fédération du commerce et services de la CGEM a lancé, jeudi 21 avril, les rencontres de l’achat public. Le principe consiste à inviter les grands donneurs d’ordre publics à présenter leur programme d’achats aux entreprises. C’est l’Office national de l’électricité (ONE) qui a ouvert le bal. «Aujourd’hui, l’achat public s’élève à plus de 160 milliards de DH. De plus, pour l’essentiel des entreprises marocaines, la plupart des commandes viennent du secteur public», explique Chakib Ben El Khadir, président de la FCS. C’est la raison pour laquelle la fédération a lancé ces rencontres de l’achat public afin de mettre en place un point de rencontre entre donneurs d’ordre publics et entreprises.
    «L’objectif est d’inciter le tissu des entreprises à participer à ces appels d’offres», poursuit Ben El Khadir. Ainsi, les entreprises publiques auront l’opportunité de rencontrer de nouveaux fournisseurs et peut-être pouvoir réaliser des économies au niveau de leurs achats. Des économies qui peuvent varier entre 1 et 2% du montant des marchés. Ce qui correspond à plus de 3 milliards de DH du montant global des investissements publics. La rationalisation des achats est en effet salutaire par ces temps de forte pression sur les finances publiques et de réduction du train de vie de l’Etat. Une occasion rêvée pour que les entreprises se «réconcilient» avec leurs homologues du secteur public. Du moins, c’est l’objectif affiché par la FCS, car l’on sait que depuis quelque temps, les PME refusent de soumissionner aux appels d’offres publics. En tout cas, la FCS a pour ambition d’ouvrir de nouvelles opportunités d’affaires à ses membres.
    Le montant du programme d’achats de l’ONE varie selon les années entre 3 et 6 milliards de DH hors taxes, (hors combustibles et énergie). Un montant qui s’explique par l’évolution des besoins d’investissement de l’Office, générés par la progression annuelle de 6 à 8% de la demande d’électricité. Pour 2011, il s’élève à 9 milliards de DH hors taxes. Les différents achats effectués par l’Office sont de plusieurs types. «Ils se déclinent en achats pour les centrales thermiques, hydrauliques, turbines, éoliennes…», rappelle Nawal Harti, directrice approvisionnements et achats à l’Office. Il y a également la fourniture de réseaux ou de postes électriques, l’achat de combustibles, l’approvisionnement en électricité quand les coûts sont favorables. Parmi les projets d’investissement de l’Office également, le programme d’électrification rurale globale (Perg), qui a coûté jusque-là 20 milliards de DH.
    L’acquisition de pièces de rechange, les prestations et fournitures liées à l’exploitation des installations font également partie du programme d’achats réalisés par l’ONE. En 2010, le montant des achats s’est élevé à 3,1 milliards de DH, dont 49% pour le Perg. «Il reste encore à investir entre 4 et 5 milliards de DH dans ce programme», déclare Harti.
    Au cours des trois dernières années, les achats de fournitures et de travaux (hors combustibles) ont représenté 94%. Le reste correspond à des prestations de services telles que la logistique, l’ingénierie conseil, les prestations de laboratoires d’analyse…
    La liste des fournisseurs est consignée dans une base de données. Ce qui n’exclut pas les autres candidats de soumissionner. «L’inscription au fichier des fournisseurs permet de recevoir systématiquement les avis d’appels d’offres», signale Harti. Pour devenir fournisseur de l’ONE, il est possible de demander un agrément pour les fournitures, travaux et autres services à caractère récurrent. Les séances d’ouverture des plis sont publiques et les résultats publiés sur Internet. En cas de demande, l’institution motive par écrit le rejet d’une offre. Autre principe régissant la politique d’achats, la professionnalisation des acheteurs au niveau central aussi bien qu’au niveau des régions. L’Office est actuellement en train de finaliser la mise à jour des textes réglementaires, avec le concours des partenaires. Il s’agit du règlement des achats, du cahier des instructions aux soumissionnaires, du cahier des clauses générales…
    Après l’ONE, la FCS compte inviter, prochainement, l’Office national des aéroports (ONDA), Marsa Maroc, le groupe OCP… A terme, la fédération projette d’organiser annuellement une semaine de l’achat public. La première sera organisée en janvier 2012. Un événement au cours duquel les différents organismes publics présenteront leur programme d’achats en toute transparence.


    Trois types d’appels d’offres


    «EN plus du respect du décret relatif à la passation des marchés publics, l’Office applique les principes de la libre-concurrence, de la transparence, de l’égalité de traitement des concurrents…», souligne Nawal Harti, directrice approvisionnements et marchés à l’Office national d’électricité (ONE). Ainsi, les appels d’offres de plus de 2 millions de DH et consultations font l’objet d’une diffusion large dans la presse nationale et internationale et sur Internet. Quant aux appels d’offres restreints, ils consistent en des dépenses variant entre 500.000 et 2 millions de DH. Ils sont publiés uniquement sur Internet, mais restent ouverts à tous les candidats même s’ils sont restreints. Pour ce qui est des consultations directes, elles font l’objet d’appels d’offres simplifiés. Leur montant est inférieur à 500.000 DH.


    Hassan EL ARIF

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc