×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

OMC: Le G8 et les pays émergents mobilisés

Par L'Economiste | Edition N°:2321 Le 18/07/2006 | Partager

. Et ce, dans le but de sauver les négociations LE G8 et les puissances économiques émergentes se sont efforcés lundi 17 juillet de désembourber les négociations sur la libéralisation mondiale du commerce à l’OMC et d’éviter un échec qui serait lourd de conséquences. Les présidents et chefs de gouvernement des grands pays industrialisés et leurs homologues du Brésil, de la Chine, de l’Inde, du Mexique et de l’Afrique du Sud se sont réunis en clôture du sommet de Saint-Pétersbourg. Objectif: remettre sur les rails le cycle de Doha, après l’échec de cinq ans de négociations au niveau ministériel. «Je suis convaincu que l’heure est venue de prendre une décision politique, quelle qu’elle soit. Nous ne pouvons laisser cela entre les mains de nos seuls négociateurs» à l’OMC, a dit le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva. «Il me semble qu’ils n’ont plus d’atouts dans leurs poches» pour débloquer les tractations, et donc «c’est à nous à présent (les chefs d’Etat) qu’il revient de sortir les cartes que nous avons dans nos poches», a-t-il ajouté. Il s’est dit prêt à faire preuve «de la flexibilité nécessaire» à condition que les autres parties fassent de même. Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso a lui aussi déclaré lors du sommet que l’UE est prête à bouger. Dimanche, le G8 a fixé une date-butoir dans les négociations du cycle de Doha en demandant que les grandes lignes d’un accord soit trouvées d’ici mi-août. Ces négociations sont bloquées notamment par une querelle sur les aides agricoles, les pays en développement demandant un meilleur accès aux marchés des Etats-Unis et de l’UE. La date-butoir de mi-août «est un objectif ambitieux», a reconnu Barroso. Mais «si le G8 ne prend pas les affaires en main sur ce dossier personne ne le pourra», a-t-il dit. Dans une déclaration publiée dimanche, le G8 demande qu’un compromis «concernant les droits des douane agricoles et industriels» soit trouvé «d’ici un mois» au sein de l’OMC. Il faudrait ensuite plusieurs mois pour finaliser un texte global très détaillé et complexe, que les Huit attendent toujours pour la fin de l’année. Si la date-butoir est entérinée, un round de négociations décisif au niveau ministériel débutera rapidement au siège de l’OMC à Genève, a indiqué une source européenne au G8. Six grands acteurs des négociations à l’OMC (Australie, Brésil, Etats-Unis, Inde, Japon, UE) devaient se retrouver lundi soir à Genève pour tenter de sauver les discussions sur un nouvel ordre commercial mondial.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc