×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Olives de table: Le Maroc deuxième exportateur mondial

Par L'Economiste | Edition N°:511 Le 20/05/1999 | Partager

· L'industrie de transformation des produits horticoles c'est 120 unités et environ 2,4 milliards de DH de chiffre d'affaires à l'export

De 135 millions de DH en 1970, le chiffre d'affaires à l'export de l'industrie de transformation des produits horticoles est passé à 400 millions en 1980, puis à 2,418 milliards en 1997/98.
Ce secteur compte aujourd'hui quelque 120 entreprises représentant une capacité globale de l'ordre de 400.000 tonnes par an. Ces entreprises procurent annuellement 6 millions de journées de travail pour une main-d'oeuvre estimée à 40.000 personnes dont 27.000 permanents. Reste que, depuis le début de cette décennie, les exportations de produits transformés s'essoufflent. Multiples, les raisons sont aussi bien internes qu'externes (marché européen et ses entraves, intégration, financement d'une activité cyclique...).

En 1997/98, les exportations totales des produits horticoles transformés ont atteint un volume de 217.617 tonnes, accusant une baisse de l'ordre de 4% par rapport à la campagne précédente.
La branche des condiments occupe la première place en matière du tonnage et de chiffre d'affaires réalisé à l'export. Ainsi, pour les olives, après 31.000 tonnes en 1970-1971, le Maroc a expédié 97.000 tonnes en 1997-98. Le chiffre d'affaires est passé respectivement de 40 à 816 millions de DH. Aujourd'hui, le Maroc se place au deuxième rang mondial pour l'exportation d'olives de table, devant la Grèce et derrière l'Espagne. Concernant les câpres, la production s'est élevée à 13.000 tonnes en 1997/98. La quasi-totalité de cette production est transformée et exportée. De 5.719 tonnes en 1993/94, les expéditions sont passées à 12.385 en 1997-98.
Menée en bour et en irriguée, la culture de cornichons a connu un développement qualifié de remarquable durant les années 80. Après une période de chute des exportations due à la vive concurrence de la Turquie, le Maroc commence à reprendre sa place de premier fournisseur de l'Union Européenne en matière de petit calibre. De plus, le système des contrats de culture passés avec les agriculteurs permet actuellement de se rapprocher des volumes réalisés en 1990-1991 (16.500 tonnes). Pour la campagne 1997/98, les exportations se sont élevées à 12.470 tonnes, en hausse de 28% par rapport à la saison 1996-97.

Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc