×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    OCP: Un mois sans accidents

    Par L'Economiste | Edition N°:272 Le 20/03/1997 | Partager

    En vue de réduire le nombre d'accidents de travail, l'OCP vient d'instituer un mois de sécurité. D'autres mesures ont été adoptées auparavant avec toujours le même objectif.


    L'OCP s'est pleinement engagé dans la voie de la qualité. Après le prix du directeur du meilleur cercle de qualité, une nouvelle mesure visant la réduction du nombre d'accidents de travail vient d'être adoptée: institution d'un mois de sécurité sous le thème «Pour davantage de vigilance en matière de sécurité». Objectif: atteindre zéro accident. Le choix s'est porté sur le mois de mars pour servir de référence pour la diminution des accidents. «On a choisi un mois pour que la période soit représentative et donc crédible», déclare M. El Houssain Youzalen, directeur de la Qualité à l'OCP. Les résultats obtenus jusqu'ici sont encourageants.
    Le nombre d'accidents enregistrés lors de la première moitié du mois n'a pas dépassé 4. D'habitude, il est enregistré en moyenne 44 accidents par mois.

    Ce mois de sécurité n'est autre qu'une continuité de mesures similaires l'ayant précédé. En effet, chaque division avait institué une période de sécurité qui pouvait aller d'une semaine à un mois. «Mais c'est la première fois qu'un mois de sécurité est institué au niveau de tout l'Office, avec en plus une déclaration du directeur général», explique M. Youzalen. Ce mois vient donc compléter des actions entreprises auparavant. Il a été précédé d'une phase préparatoire, ayant notamment consisté à recenser les secteurs à risques.
    Selon le directeur de la Qualité de l'OCP, l'objectif principal de ce mois est de changer le comportement du personnel vis-à-vis du risque. S'étant familiarisés avec ce dernier, les opérateurs ont tendance à négliger les mesures de sécurité. Aussi est-il devenu nécessaire de les sensibiliser à la gravité des risques auxquels ils peuvent être exposés. Dans cette optique, des séances de formation et de sensibilisation sont assurées au cours de ce mois.

    525 accidents en 1996

    Les thèmes choisis: l'importance des équipements de protection individuelle (casques, gants...) et la sensibilisation à la manutention et à la sécurité électrique. A souligner qu'en 1996 quelque 12.000 personnes ont été sensibilisées à la sécurité électrique. Le respect des consignes sécuritaires fait également partie des thèmes sélectionnés pour ce mois de sécurité. Pour appuyer son action, l'OCP fait également appel à l'audiovisuel. De plus, chaque site reçoit la visite d'un responsable de la sécurité en compagnie du comité local d'hygiène et de sécurité. Objectif: visiter les installations afin de discuter des problèmes de sécurité avec les opérateurs. Il est également prévu des affiches, des banderoles ainsi que des tableaux statistiques.
    M. Youzalen assure que les résultats de ce mois feront l'objet d'analyses et d'études pour servir de pont à d'autres mesures visant le même objectif. Par ailleurs, il est à signaler que l'OCP avait entrepris plusieurs actions pour améliorer les conditions de travail avant d'instituer le mois de sécurité. En effet, l'Office avait procédé à la généralisation des comités d'hygiène et d'environnement au niveau de toutes les directions. Ces comités sont chapeautés par une commission d'hygiène et d'environnement au niveau de la Direction Générale. Cette commission, présidée par le directeur de la Qualité, se réunit deux fois par an. Elle vise à redéfinir les moyens à mettre en place pour réduire les accidents. Résultat: le nombre d'accidents est passé de 5.175 en 1975 à 2.362 en 1980 pour encore reculer à 525 au terme de l'année précédente. De surcroît, en 1995, sur 14.000 personnes formées, 3.800, soit 27%, ont reçu une formation sur la sécurité et l'environnement. En 1996, sur les 31.500 personnes touchées par les actions de perfectionnement, 15.300 ont suivi une formation sur la sécurité et l'environnement.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc